Issue #10 : Hyménoptère à claques

[Irredeemable Ant-Man #1-12]

Que se passerait t'il si un crétin bas du front arrivait à se procurer le costume d'Ant-Man ?

Alors attention, je parle d'un abruti, un vrai. Pas d'un super vilain de seconde zone ou un truc du genre, non. Juste un bon gros crétin opportuniste lambda, qui voit ses intérêts avant tout.

C'est à cette question que réponds ce Marvel Monster, intitulé: “L'incorrigible Homme Fourmi” (The Irredeemable Ant-Man en VO.)

couverture IAM

Scénario : Robert Kirkman Dessins : Phil Hester / Cory Walker / Khary Randolph Encrage : Ande J. Parks / Cory Walker / John Stanisci Couleurs : Bill Crabtree / Val Staples Lettrage : Astarte Design – Roma Traduction : Nicole Duclos / Khaled Tadil Editeur VO : Marvel Editeur VF : Panini Comics

image1

Plot : Tout commence avec quatre agents qui travaillent à bord de l'héliporteur du S.H.I.E.L.D. Il y a Eric O'Grady, opportuniste de première et imbécile notoire. Ainsi que Chris McCarthy, un agent un peu naïf dont le seul crime aura été de connaître Eric. Puis vient ensuite Veronica King, collègue des deux agents et petite amie de Chris, qu'Eric convoite. Et pour finir, le superieur d'Eric et Chris: Mitch Carson, paranoïaque et avec l'amabilité d'un chien enragé.

Tout se passait de la façon la plus banale possible pour ce groupe d'agents, jusqu'au jour ou Mitch fait appel à Eric et Chris. Les types qui montent la garde devant le laboratoire du Dr Hank Pym sont affectés en urgence ailleurs et il faut absolument les remplacer rapidement. Nos deux compères sont donc de service. Mais quelques minutes sont à peine écoulées que la stupidité d'O'Grady fait déjà des siennes. Ne sachant pas s'ils doivent empêcher quiconque de rentrer ou de sortir, lorsque Pym sort, il se fait assommer d'un coup de crosse, tombant ainsi inconscient avec deux agents en panique tentant de comprendre s'ils viennent de faire leur boulot ou si ils ont commis une énorme connerie.

Mais rapidement leur attention est détournée par un objet suspendu au beau milieu du laboratoire: un costume. O'Grady encourage son simplet de collègue à le mettre, et soudain, ce dernier disparaît ! Évidemment Mitch Carson est furax. Ce costume était conçu par Hank Pym pour former son remplaçant, le nouvel Ant-Man. Quatre agents du S.H.I.E.L.D étaient pressentis pour tenir le rôle, dont Mitch Carson. Ce dernier est donc à la recherche de Chris qui s'est involontairement réduit à une échelle d'insecte et comble de malheur, s'est perdu dans une conduite d'aération.

Toute personne avec un minimum de bon sens ferait de son mieux pour retrouver le collègue et réparer l'incident. Mais pour O' Grady, si Chris est absent, il peut donc mentir a Veronica et la draguer en douce quitte à se comporter comme le dernier des connards.

scène de douche

Mon avis : Au fil de l'histoire, on découvrira à quel point O'Grady est un enfoiré égoiste de première, et ça ira de pire en pire lorsqu'il mettra la main sur le costume d'Ant-Man, mentant comme un arracheur de dents et profitant de la moindre occasion pour exploiter son petit délire.

Le scénariste n'est autre que Robert “Walking Dead” Kirkman, qui brise les codes habituels du comics en faisant d'un crétin le “héros” (et j'insiste sur les guillemets...) de l'histoire. Alors dans l'ensemble, c'est sympa, il sort des genèses clichés et se sert de banals agents du S.H.I.E.L.D comme personnages, donnant ainsi un air de monsieur-tout-le-monde à son récit, mais ça s'arrête ici. Le scénario a des lourdeurs récurrentes qui gâchent un potentiel sympa, et le mec qui espionne les gonzesses sous la douche à de multiples reprises et qui ne cherche qu'à conclure avec les pauvres idiotes qui marchent dans sa combine merdique. Le personnage est écrit pour être detestable, et ça marche trop bien.

La morale finale du récit est tordue au possible et c'est vraiment pas du tout une vision des choses que j'enseignerait à un gosse. Et la fin suggérée ne me plait pas du tout, je la trouve injuste et stupide, mais ça plaira peut-être à certains...

Je n'ai jamais aimé Kirkman, ni ici, ni sur Walking Dead ou Invincible. Le seul titre que j'apprécie de lui c'est Super Dinosaur et c'est en grande partie parce qu'il s'abstient de faire des âneries gratuites puisque le titre est destiné à un jeune lectorat, donc pas de morts ou de vannes graveleuses. Ouf. Le seul élément récurrent que j'ai réellement apprécié c'est l'intro par les fourmis qui était plutôt originale.

Coté dessins c'est Phil Hester qui assure un coup de crayon un peu brut dans les angles, donnant un coté un peu carré et immobile par moments. Les scènes d'actions sont moyennement réussies mais dans l'ensemble ça marche pas trop mal. Les couleurs sont sympas mais y'a des transitions avec beaucoup d'ombrages et j'ai trouvé ça assez perturbant à la lecture. Les dessins s'assouplissent sur le temps et c'est pas vilain à regarder, même si la narration est assez banale, sur Ant-Man je m'attendait à quelque chose d'un peu plus funky. En revanche j'aime beaucoup la façon dont il dessine le costume d'Ant-Man de O' Grady, parce que le costume régulier que l'on apercevra par intermittence est nettement moins réussi en comparaison.

image sac CD

Au final c'est un bilan vraiment très mitigé à tendance négative. Le concept est sympa mais l'execution n'est pas du tout à la hauteur de l'idée, et c'est dommage parce que le potentiel était présent.

NOTE : 🌕🌗🌑🌑🌑

Kirkman retombe dans ses travers scénaristiques de blagues pas drôles et de femmes nues dans leur salle de bain et l'on en vient à se demander si la perversité du personnage est la pour lui donner du contexte ou si c'est juste un delire d'ado boutonneux de la part de l'équipe créative. C'est vraiment dommage de voir une série avec des possibilités très larges gâchée comme ça. C'est pas fondamentalement mauvais, c'est juste très moyen. Trop moyen.

Je ne saurais que vous conseiller de vous le trouver en occasion vu le prix du neuf des Marvel Monsters que Panini applique.

image fin

#issues #marvel #antman