mémoire

la voix de mon cœur
ne peut sourdre
quand l’oiseau de glace
en travers de ma gorge
m’empêche de chanter
et de son bec
me pique cruellement

mémoire de la douleur
qui assourdit mes cris

et pourtant
un jour ma chanson de rage
et de joie triomphante
chassera
tous les oiseaux
de mon malheur