Look to Windward (Iain M. Banks)

“Look to Windward” est le septième tome du cycle de la Culture de Iain M. Banks. C’est aussi, pour l’instant, mon roman préféré du cycle. Cela signifie beaucoup, vu comment j’avais déjà aimé les précédents.

Le thème principal du roman tourne autour de la guerre, sous ses aspects moraux (encore et toujours ce droit d'ingérence que s'octroie la Culture) et humains, notamment à travers le trauma des combattants revenus à la vie civile, qu'ils soient humains ou même IA. Comme souvent avec les livres qui me touchent autant que celui-ci, cela parle aussi de deuil.

Là où les premiers romans du cycle m’avait plu de façon assez rationnelle, par leurs qualités d’écriture et de narration, celui-ci m’a profondément touché. Non seulement il présente les mêmes qualités que le reste du cycle, mais il m’a semblé apporter quelque chose de plus, comme un supplément d’âme.

Je ne suis pas certain de pouvoir exprimer précisément ce que j’ai ressenti en lisant ce roman, ni pourquoi il m’a autant bouleversé. Comment l’expliquer ? Les personnages, humains et IA, sont mémorables, d’une profondeur incroyable. Le récit est à la fois captivant, parfaitement mené, et magnifique dans les sujets qu’il aborde et la façon dont il le fait. Au-delà, on touche à quelque chose d’indéfinissable, à une forme de sublime que seule la littérature, ou l’art en général, peut toucher du doigt.

J’ai évidemment très envie de poursuivre ma lecture du cycle de la Culture – plus que 3 romans ! – mais je dois dire que j’ai aussi peur de ne plus y retrouver les émotions que m’a apporté celui-ci. Quoi qu’il en soit, je n’avais pas attendu ce roman pour considérer Iain M. Banks comme un très grand auteur et le cycle de la Culture comme une oeuvre majeure de la littérature de science-fiction, mais ce roman en particulier rejoint le panthéon des mes livres favoris, ceux qui m’ont marqué de façon irrémédiable.

Zéro Janvier@zerojanvier@mamot.fr

Discuss...