Mes podcasts favoris (1)

Récemment sur Mastodon, j'avais demandé à celles et ceux qui me suivent si un billet sur les podcasts que j'aime écouter pourrait les intéresser. La réponse avait été unanimement positive. J'ai donc commencé à réfléchir aux podcasts dont j'avais envie de parler ici.

La première liste que j'avais dressée comportait une douzaine de podcasts, j'ai donc choisi de les présenter en plusieurs billets, ce qui me permettra également de proposer plus tard d'autres billets avec d'autres podcasts, anciens ou nouveaux, que j'aurai découverts d'ici là.

La seule contrainte que je me suis fixé, c'est que chaque billet présente des podcasts variés : par leur thématique, par leur ton, par leur périodicité, et même leur “durée de vie”, c'est-à-dire que en essayant de présenter à la fois des podcasts qui proposent régulièrement de nouveaux épisodes et par ailleurs des one-shots de quelques épisodes qui forment un tout cohérent et fini.

Associé n°1, la naissance d'un grand club à Paris

Le premier podcast dont j'ai eu envie de parler est justement un one-shot publié par la rédaction d'Europe 1 pendant l'été 2020. Dans les cinq épisodes de 25 minutes composent Associé n°1, la naissance d'un grand club à Paris, le journaliste Julien Froment raconte la naissance d'un club de football : le Paris Saint-Germain.

Le récit nous emmène dans les années 1970 à 1973, quand nait ou renait le rêve d'un grand club de football à Paris. Le fait que ce podcast soit proposé par Europe 1 n'est pas un hasard, puisque la radio que l'on appelait alors Europe n°1 a joué un rôle majeur dans la naissance du PSG, devenant l'associé n°1 en médiatisant le projet un peu fou porté par quelques hommes que Julien Froment nous présente ici.

Le supporter du PSG que je suis a vibré en écoutant ce podcast. Je ne sais pas s'il peut intéresser tout le monde, en particulier ceux qui n'aiment pas le football, et encore moins le PSG. J'ai tendance à penser que oui, car le récit de Julien Froment mêle des destins individuels étonnants, des projets fous, des combines peu croyables, des rebondissements imprévisibles, et une impression de déjà-vu ou de fatalité qui fait souvent dire aux supporters de ce club que décidément, même dans sa naissance, le PSG n'est pas un club comme les autres, où l'imprévisible est toujours certain et où le chaos n'est jamais très loin.

Le Book Club

Le Book Club est un podcast hebdomadaire du studio Louie Media, auquel on doit notamment un podcast me semble-t-il très connu : Transfert (dont je parlerai très probablement dans un prochain billet).

Il s'agit d'un podcast littéraire et profondément féministe, présenté par Agathe le Taillandier qui nous propose de découvrir chaque semaine l'univers d'une artiste, dans un épisode d'une quinzaine à une vingtaine de minutes. Il peut s'agit d'une autrice, d'une dessinatrice de BD, d'une comédienne, etc.

Chaque semaine, c'est une rencontre avec une personnalité qui nous parle de sa bilbiothèque, nous raconte son rapport à la lecture, à la littérature, à la culture, au féminisme, et nous recommande un de ses coups de coeur, un livre qu'il l'a profondément marquée.

Bien sûr, une conséquence inévitable de ce format est que l'intérêt d'un épisode dépend énormément de la personnalité invitée. A quelques occasions, rares heureusement, j'ai eu tendance à lever les yeux en écoutant une invitée dont les propos débordaient de vanité. Le plus souvent, c'est passionnant et instructif. C'est l'occasion de découvrir des oeuvres et des artistes que je ne connaissais pas.

Pour l'homme que je suis, avoir un regard féminin et féministe sur la littérature et la culture est très enrichissant. Cela me permet d'aborder certains sujets avec un regard neuf et même de m'intéresser à des thématiques auxquelles je n'avais pas prêté suffisament attention jusque là.

Fenêtre sur cour

Fenêtre sur cour est un podcast produit par ARTE Radio, ce qui est plutôt un gage de qualité, pour moi en tout cas. Toutes les deux semaines environ, dans des épisodes de moins de 10 minutes, la journaliste judiciaire Hélène Costa nous plonge dans les entrailles de la justice.

A travers des faits divers souvent terribles, Hélène Costa nous présente le fonctionnement d'une cour d'assises, le rôle des avocats, la position de l'accusé, la place des victimes, la difficulté du métier de chroniqueur judiciaire, etc. Elle le fait avec un regard profondément humain, loin du sensationnel de certaines émissions comme Faites entrer l'accusé et ses multiples resucées.

C'est souvent passionnant, parfois émouvant, et toujours très humain dans la manière d'aborder les affaires chroniquées. C'est aussi un exercice très réussi de pédagogie sur le fonctionnement de la justice et le rôle des uns et des autres dans cette institution.

Peak TV

Dans un autre style, j'ai envie de vous recommander Peak TV, un podcast proposé par la rédaction de Slate.fr et consacré aux séries TV. Il est écrit et animé par Anaïs Bordages et Marie Telling, deux journalistes que l'on sent réellement amatrices et amoureuses de séries TV et qui n’hésitent pas à dire ce qui leur plait et ce qui n’est pas à leur goût dans les productions actuelles.

Le podcast est composé d’épisodes de 20 à 30 minutes publiés un mercredi sur deux. Chaque épisode est consacré à un thème précis (Trump dans les séries, l’adolescence dans les séries, etc.) ou à une série plus ou moins connue, en proposant un panorama de séries récentes et plus anciennes.

Ce qui me plait dans ce podcast, c'est le mélange qui fonctionne parfaitement entre le point de vue professionnel de deux journalistes qui connaissent parfaitement l'industrie des séries TV et de ses dérives, et leur regard très personnel de téléspectatrices, chacune des deux ayant par ailleurs des goûts plus ou moins différents. Cela donne un résultat souvent drôle, en plus d'être intéressant.

Trump 2020

Proposé par Slate.fr en collaboration avec l’IFRI (Institut Français des Relations Internationales), ce podcast hebdomadaire décrypte chaque mercredi l’actualité politique américaine.

Depuis juin 2019 et pendant une soixantaine d'épisodes, il s'est attaché à suivre la campagne pour l’élection présidentielle américaine, des primaires jusqu'aux suites de l'élection de novembre 2020. Après la fin du mandat de Donald Trump et l'inauguration à venir de son successeur Joe Biden, il est prévu que le podcast prenne un nouveau nom, même si celui-ci n'a pas encore été révélé.

Au cours des épisodes d’une durée de 10 à 15 minutes, le journaliste joue bien son rôle et Laurence Nardon, l’experte de l’IFRI qui intervient chaque semaine, connait parfaitement son sujet. C’est très intéressant, instructif et plaisant à suivre quand on s’intéresse à la politique américaine. J'attends désormais avec impatience de voir comment ce podcast, sous une nouvelle identité et un nouvel habillage, va évoluer dans les semaines et les mois à venir.

Une lettre d'Amérique

Une lettre d'Amérique est un podcast qui a d'abord été créé et présenté par Philippe Corbé, alors correspondant pour RTL aux Etats-Unis et par ailleurs auteur de l’excellent et émouvant livre J’irai danser à Orlando sur la fusillade qui en 2016 avait fait 49 morts dans une boite de nuit gay de Floride.

Sur un thème proche de celui proposé par Slate.fr dans Trump 2020, mais sur un ton moins académique et souvent plus personnel , Philippe Corbé nous proposait chaque mardi sa « lettre d’Amérique ». Il nous parlait de l’Amérique de l’ère Trump, mais il nous parlait aussi de sa vie sur place, de ses voyages dans les différents Etats américains, avec un regard à la fois compréhensif et lucide sur les failles de la première puissance mondiale.

Depuis le mois d'octobre, quelques semaines à peine avant l'élection de 2020, Philippe Corbé ayant quitté la rédaction de RTL, le podcast a été repris par son successeur : Lionel Gendron. Pour l'instant, je ne suis pas encore totalement convaincu. Il faut dire qu'il est difficile de succéder à Philippe Corbé qui avait imprimé son empreinte sur ce podcast à la fois politique et personnel.

Pour le moment, Lionel Gendron assume parfaitement la partie journalistique mais je ne retrouve pas la petite part d'émotion que Philippe Corbé apportait dans certains épisodes. Cela viendra peut-être, ou peut-être pas, il revient de tout façon à Lionel Gendron de choisir la voie qu'il souhaite emprunter avec ce podcast.

Quoiqu'il en soit, chacun des épisodes, d’une durée moyenne de 10 à 15 minutes, est une plongée passionnante dans l’Amérique d’aujourd’hui et apporte un regard instructif sur la société américaine.

#podcast

Zéro Janvier@zerojanvier@mamot.fr