Zéro Janvier

lecture

Il parait que le sujet des transfuges de classe est “à la mode” en cette rentrée littéraire. J'ai vu passer des articles qui s'émouvaient, positivement ou négativement, de cette tendance. Il y a bien sûr Changer : méthode, le nouvel ouvrage d'Edouard Louis, et d'autres que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire, si je le fais un jour.

Il y a également ce livre dont le titre “Et tes parents, ils font quoi ?” et le sous-titre “Enquête sur les transfuges de classe et leurs parents” ont l'avantage de la clarté. Lui-même transfuge de classe, le journaliste Adrien Naselli propose une véritable enquête journalistique sur une quinzaine de transfuges de classe et leurs parents. Il utilise pour cela l'un des outils essentiels du journalisme : l'entretien, à la fois avec des transfuges de classes rencontrés au fil de sa carrière et avec leurs parents.

Le livre se structure autour des grandes étapes de la trajectoire des enfants : l'enfance et la scolarité, les études supérieures, puis la vie professionnelle, avant une conclusion émaillée de commentaires d'Annie Ernaux.

L'angle adopté par l'auteur est intéressant et même essentiel dans ce livre : par définition, la trajectoire de transfuge de classe se faite s'éloignant du milieu social de ses parents, il semble donc pertinent de s'intéresser à la façon dont cette trajectoire a été vécue par les parents du “transfuge”. Très souvent, la littérature à ce sujet s'intéresse au transfuge lui-même, dans un exercice qui reste auto-centré. Ici, Adrien Naselli s'intéresse avant tout aux parents, et le résultat est plutôt intéressant.

J'ai tout de même un regret : la multitude de cas traités, une quinzaine, rend la lecture un peu rébarbative à certains moments. Chaque trajectoire reste unique, mais le livre aurait peut-être en impact et en fluidité si l'auteur avait choisi de resserrer un peu le nombre de “cas” traités.

Malgré tout, c'est une lecture enrichissante sur un sujet qui m'intéresse particulièrement.

#lecture

Zéro Janvier@zerojanvier@mamot.fr

Edouard Louis est un auteur agaçant. On pourrait avoir l'impression que ses livres tournent un peu en rond autour des thèmes, et son style peut le faire apparaître comme un écrivain un peu poseur. Pourtant, il vise juste presque à chaque fois. Dans son dernier livre, il raconte son parcours de transfuge de classe, de son enfance dans un village picard qui faisait déjà l'objet de son premier roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule jusqu'à la parution de ce premier roman justement, en passant par ses années au lycée à Amiens puis ses études supérieures à Paris.

En savoir plus...

Dans ce livre écrit par Coline Pierré et illustré par Loïc Froissart, nous faisons connaissance avec les introverti(e)s, leurs particularités, leur mode de fonctionnement, leurs limites et leurs forces.

En savoir plus...

Ma découverte, encore toute récente, de l'oeuvre de Mélanie Fazi s'achève provisoirement avec ce livre passionnant et bouleversant, dans lequel l'autrice raconte comment elle s'est découverte autiste à plus de quarante ans.

En savoir plus...

Je poursuis ma découverte de l'oeuvre de Mélanie Fazi avec son troisième, et à ce jour dernier, recueil de nouvelles.

En savoir plus...

Dans ce second recueil de nouvelles de Mélanie Fazi, l'autrice nous propose douze nouvelles, toujours dans le genre fantastique. Globalement, les douze nouvelles sont bonnes, certaines étant évidemment plus marquantes que d'autres.

En savoir plus...

Je lis peu de nouvelles, alors que c’est une forme littéraire que j’apprécie beaucoup. Dans ce recueil, son premier, Mélanie Fazi nous propose dix récits qui flirtent avec le genre fantastique, dans ce qu’il faut de meilleur : parler de l’âme, des pulsions intimes, de ce qui se cache au fond de nous, et donc tout simplement (mais est-ce si simple ?) de ce qui fait de nous des êtres humains.

En savoir plus...

Nous qui n'existons pas est un livre magnifique dans lequel Mélanie Fazi, par ailleurs autrice de nouvelles et de romans dans le genre fantastique, se dévoile et raconte son parcours pour découvrir, accepter puis affirmer une différence.

Read more...

J’avais découvert Sébastien Capelle il y a un an et demi environ en lisant son roman « La Pierre de la Victoire », une uchronie très sympathique se déroulant sous la Commune de Paris, avec un Clémenceau réinventé en super-héros : j'avais beaucoup aimé le mélange des genres entre fiction historique, uchronie et fantasy. J’avais ensuite enchaîné avec son autre roman uchronique, « Napoléon en Amérique », que j’avais trouvé un peu moins réussi à cause d’un rythme moins bien géré dans la seconde partie, tout en restant une lecture très plaisante. Surtout, je m’étais demandé où cet auteur décidément plein d’imagination allait pouvoir nous inventer dans son prochain roman !

En savoir plus...

Le XIXe siècle est décidément une période historique qui me passionne. Ce livre de Francis Démier, consacré à la France de 1814 à 1914, en est une nouvelle illustration.

En savoir plus...