NicoBey - Trephine

Books, Product Management, Maths & Physics, Environment

Chronique littéraire 12.2

This is the follow-up article of chronique littéraire 12.1 on Thinking, Fast and Slow by Daniel Kahneman.

–“If you visit a courtroom you will observe that lawyers apply two styles of criticism: to demolish a case they raise doubts about the strongest arguments that favor it; to discredit a witness, they focus on the weakest part of the testimony.”

-“Subjects' unwillingness to deduce the particular from the general is matched only by their willingness to infer the general from the particular”

–“Confidence is a feeling, which reflects the coherence of the information and the cognitive ease of processing it.”

-“Success = talent + luck / Great success = a little more talent + a lot of luck”

–“The idea that large historical events are determined by luck is profoundly shocking, although it is demonstrably true.”

-“The statement 'Hitler loved dogs and little children” is shocking no matter how many times you hear it, because any trace of kindness in someone so evil violates the expectations set up by the Halo effect”

–“Those who know more, forecast very slightly better than those who know less. But hose with the most knowledge are often less reliable. The reason is that the person who acquires more knowledge develops an enhanced illusion of her skill and becomes unrealistically confident”

–“Marital stability is well predicted by the formula : [frequency of lovemaking] – [frequency of quarrels]. You don't want your result to be a negative number”

–“The two basic conditions to acquire a skill are an environment that is sufficiently regular to be predictable, and an opportunity to learn those regularities through prolonged practice. When both these conditions are satisfied, intuitions are likely to be skilled.”

–“Overly optimistic forecasts of the outcome of projects are found everywhere”

–“a CFO who informs his/her colleagues that 'there is a good chance that the S&P returns will be between -10% and +30%' can expect to be laughed out of the room. The wide confidence interval is a confession of ignorance, which is not socially acceptable for someone who is paid to be knowledgeable in financial matters.[...] confidence is valued over uncertainty. An unbiased perception of uncertainty is a cornerstone of rationality. But it is not what people and organizations want”

–“Subjective confidence is determined by the coherence of the story one has constructed, not by the quality and amount of the information that supports it”

–“A risk-averse decision-maker will choose a sure thing that is less than expected value, in effect paying a premium to avoid the uncertainty.”

Chronique littéraire 12.1

Daniel Kahneman – Thinking, fast & slow

The book is rather a challenging read but I highly recommended it if you're interested in why human beings behave the way they behave. A reference in the field of behavioural economics & psychology, it's the kind of book that will make you say : 'oh, so that's why we're so dumb'. A LOT.

As a Product Manager, it helped me several times understand or anticipate how users acted or were going to act. I invite you to check further concepts if needed : they are all very well documented online. As the book is very dense, I split this chronique littéraire in 2 parts.

  • “The common admonition to 'act calm and kind regardless of how you feel' is a very good advice: you are likely to be rewarded by actually feeling calm and kind.”

  • “Money-primed people become more independent than they would be without the associative trigger. They persevered almost twice as long in trying to solve a very difficult problem before they asked the experimenter for help […]. Money-primed people are also more selfish.”

  • “If the answer was familiar, I assumed that it was probably true. […] the impression of familiarity is produced by System 1, and System 2 relies on that impression for a true/false judgement a reliable way to make people believe in falsehoods is frequent repetition, because familiarity is not easily distinguished from truth.”

  • “If you care about being thought credible and intelligent, do not use complex language where simpler language will do. My Princeton colleague Danny Oppenheimer refuted a myth prevalent among undergraduates about the vocabulary that professors find the most impressive. In an article titled “consequences of erudite vernacular utilized irrespective of necessity : problems with using long words needlessly”, he showed that couching familiar ideas in pretentious language is taken as a sign poor intelligence and low credibility. In addition to making your message simple, try to make it memorable. Put your ideas in verse if you can; they will be more likely to be taken as truth.”

  • “System 2 is lazy and mental effort is aversive.”

  • “90% of students who took the test in normal font at least one mistake in the test, but the proportion dropped to 35% when the font was barely legible. You read this correctly. Performance was better with bad font. Cognitive strain, whatever its source, mobilizes system 2, which is more likely to reject the intuitive answer suggested by system 1”

  • “I'm in a very good mood today, and my system 2 is weaker than usual. I should be extra careful.”

  • “The main function of system 1 is to maintain and update a model of your personal world, which represents what is normal in it.”

  • “Jumping to conclusions is efficient if the conclusions are likely to be correct and the costs of an occasional mistake acceptable, and if the jump saves much time and effort. Jumping to conclusions is risky when the situation is unfamiliar, the stakes are high, and there is no time to collect more information.”

  • “[in a test with a legal case] Participants who heard only one side could easily have generated the argument for the other side. Nevertheless, the presentation of one-sided evidence had a prnounced effect on judgements. Furthermore, participants who one-sided evidence were more confident of their judgments thatn those who saw both sides; […] It is the consistency of the the information that pmatters for a good story, not its completeness. Indeed you will often find that knowing little makes it easier to fit everything you know into a coherent pattern.”

  • “System 1 is highly adept in one form of thinking – it automatically and effortlessly identifies causal connections between events, sometimes even when the connection is spurious.”

  • “Extreme outcomes are most likely to be found in sparsely populated countries. […] the results of large samples deserve more trust than smaller samples. Large samples are more precise than small samples = Small samples yield extreme results more often than large samples do

  • “Because of the coincidence of two planes crashing last month, she now prefers to take the train. That's silly. The risk hasn't really change, it is an availability bias”

  • “Protective actions […] are usually designed to be adequate to the worst disaster actually experienced [e.g.] assuming that floods will not rise higher than the existing high-water-mark. Images of a worse disaster do not come easily to mind.”

  • “You surely understand in principle that worthless information should not be treated differently from a complete lack of information, but WYSIATI makes it very difficult to apply that principle. Unless you decide immediately to reject evidence, your system 1 will automatically process the information available as if it were true.”

  • “The idea of conjuncture fallacy, which people commit when they judge a conjunction of two events (here being a bank teller and a feminist) to be more probable than one of the event (bank teller) in a direct comparison [...] When you specify a possible event in greater detail you can only lower its probability”

  • “The laziness of System 2 is part of the story. If their next vacation depended on it, and if they had been given indefinite time and told to follow logic and not answer until they were sure of their answer, I believe that most of our subjects would have avoided the conjunction fallacy.”

Chronique littéraire 11 (Jackson)

Phil Jackson – Sacred Hoops (Spiritual lessons of a hardwood warrior)

In this book co-written by Phil Jackson (NCAA & NBA player, then coach in the NBA – in particular coach of the early 90’s Chicago Bulls that includes Michael Jordan) and Hugh Delehanty (senior editor, expert in sports and psychology), we almost follow the biographical path of Phil Jackson, and how he went from a growing up in a very Pentecostal family to a journey of discovery of Zen and Native American philosophy (esp. Lakota Sioux’ one), and how this intertwined and enriched with his basketball and personal lives.

Based on concrete situational examples he went through, Phil Jackson shows the challenges he faced in basketball as a player and coach, and in the relationships he built (with the general manager of the club, with other coaches, with players individually, with players as a conductor of a team…)

Very accessible, this book does not require any particular knowledge of basketball (even if having some will help). And everyone can get something out of it.

  • “Now he was an older, wiser player who understood that it wasn’t brilliant individual performances that made great teams, but the energy that’s unleashed when players put their egos aside and work toward a common goal”

  • “A great basketball team will throw the ball to everyone. If a guy drops it or bobbles it out of bounds, the next time they’ll throw it to him again. And because of their confidence in him, he will have confidence”

  • “There’s an old Zen story that illustrates this point. Two monks were traveling together in a heavy downpour when they came upon a beautiful woman in a silk kimono who was having trouble crossing a muddy intersection. ‘Come on’ said the first monk to the woman, and he carried her in his arms to a dry spot. The second monk didn’t say anything until much later. Then he couldn’t contain himself anymore : 'we monks don’t go near females’, he said. 'Why did you do that?’ – 'I left the woman back there’, the first monk replied, 'are you still carrying her?’

  • “According to Suzuki, concentration comes not from trying hard to focus on something, but from keeping your mind open and directing it at nothing”

  • “The wise leader is of service : receptive, yielding, following.”

  • “In Zen it is said that the gap between accepting things the way they are and wishing things them to be otherwise is “the tenth of an inch between heaven and hell”

  • “Albert Einstein once described his rule of work : “one : out of clutter, find simplicity. Two : from discord, find harmony. Three: in the middle of difficulty lies opportunity”

  • “The ego-driven culture of basketball, and society in general, militates against selfless actions, even for members of a team whose success as individuals is tied directly to the group performance”

  • “Inevitably, paradoxically, the acceptance of boundaries and limits is the gateway to freedom.”

  • “To the Lakota Sioux, everything was sacred, even the enemy, because of their belief in the interconnectedness of all life.”

  • “In the beginner’s mind there are many possibilities, in the expert’s mind there are a few”

  • “I believe that if I can take twenty of thirty minutes before each game and visualize what’s going to happen, I’ll be able to react to it without thinking, because I’ll already have seen it in my mind”

  • “There is no need to overpower when you can outsmart”

  • “See beyond what is seen. Never forget that a wheel is made not only of spokes, but also the space between the spokes. Sturdy spokes poorly placed make a weak wheel. Whether their full potential is realized depends on the harmony between. The essence of wheel-making lies in the craftsman’s ability to conceive and create the space that holds and balances the spokes within the wheel”

  • “Impermanence is a fundamental fact of life”

  • “I used to believe that the day I could accept defeat was the day I would have to give up my job. But losing is as integral a part of the dance as winning. Buddhism teaches us that by accepting death, you discover life”

  • “Our whole social structure is built around rewarding winners, at the perilous expense of forsaking community and compassion”

Chronique littéraire 10 (Coelho)

Paulo Coelho – La Voie de l'Archer

Dans une œuvre métaphore filée de la vie, Paulo Coehlo décrit les parties prenantes, les objets, la préparation et les actions pour mener à bien un tir de flèche parfait : esthétique, centré, spirituel, puissant.

Le niveau de lecture est double : un premier niveau d'archerie, et un deuxième niveau plus motivationnel, philosophique, quasi transcendant. La clef est finalement de savoir s'entourer de bonnes personnes, de bons outils et travailler les bonnes habitudes (gestes) afin d'être acteur serein et avisé de sa vie.

(Nota : je recommande la collection Flammarion de poche, les illustrations de Christoph Niemann qui accompagnent le texte sont d'une simplicité remarquable)

  • “Vous connaissez bien la technique et vous maîtrisez votre instrument, mais pas votre esprit. Vous savez tirer lorsque toutes les conditions sont favorables, mais si vous êtes en terrain périlleux, vous n'arrivez pas à atteindre votre cible. Or l'archer ne choisit pas tout le temps son champ de bataille”

  • “Poursuivez sur la voie de l'archer, car c'est le parcours de toute une vie. Mais sachez qu'un tir correct et juste est bien différent d'un tir que l'on réalise l'âme en paix”

  • “Enseigner n'est pas difficile. Je peux le faire en moins d'une heure, le temps de rentrer au village. Ce qui est difficile, c'est de s'entraîner tous les jours, jusqu'à atteindre la précision nécessaire.”

  • “Mais qu'est-ce qu'un maître ? Je vais te le dire : ce n'est pas celui qui enseigne quelque chose, c'est celui qui incite le disciple à donner le meilleur de lui-même pour qu'il découvre une connaissance déjà présente en lui, au creux de son âme”

  • “L'élégance est atteinte lorsque tout le superflu a été mis de côté”

  • “Il existe deux types de tir. Le premier est celui que l'on fait avec précision, mais sans âme. […] Le second tir est celui que l'on fait de toute son âme. Lorsque l'intention de l'archer se transforme pour devenir le vol de la flèche, ses doigts s'ouvrent au bon moment, le son de la corde fait chanter les oiseaux, et le fait de tirer en direction de quelque chose au loin provoque – paradoxalement – un retour sur soi, une rencontre avec soi-même”

  • “La voie de l'archer est la voie de la joie et de l'enthousiasme, de la perfection et de l'erreur, de la technique et de l'instinct. Mais tu n'apprendras qu'à force de décocher tes flèches.”

  • “La neige est belle parce qu'elle n'a qu'une couleur, la mer est belle parce qu'elle ressemble à une surface plane – mais l'une comme l'autre dissimulent leur profondeur et savent leurs propres qualités”

Random quotes 2

“Je me demande où réside, où se cache la blessure secrète où tout homme court se réfugier si l'on attente à son orgueil.” (Jean Genet)

“By doing everything, you fail at the most important thing” (Ben Horowitz)

“Je ne sais pas si la vie de mon grand-père a été extraordinaire. Par contre, je crois qu’il a effectivement eu une bonne étoile qui l’a accompagné toute sa vie. Et ce n’est pas un hasard si elle ne l’a jamais quitté, où qu’il aille, quoiqu’il fasse : cette étoile était celle que l’on voyait en permanence briller dans ses yeux. Cachée dans son regard, elle colorait sa vie d’un filtre qui la rendait extraordinaire.” (Rémi Guyot)

“Il ne suffit pas d’avoir raison pour convaincre” (Olivier Schneider)

“La révolution de la vitesse a été si nette en quelques décennies que l’opinion publique a fini par associer l’idée de progrès à l’accroissement des vitesses” (Yves Crozet)

“Pour avoir l'oreille des puissants, mieux vaut partager leurs vices que leurs vertus” (Frédéric Fréry)

“le Jésus de l'Islam n'est pas crucifié, un autre lui est substitué sur la croix. Sans doute parce qu'il est insupportable que la puissance de Dieu soit bafouée par les hommes à travers la mort d'un prophète. […] L'Islam n'accepte pas la vulnérabilité de Dieu, laquelle n'est pas du tout une faiblesse mais la vulnérabilité de tout amour” (?)

“Happiness is real only when it’s shared” (Into the Wild)

“Quidquid latine dictum sit, altum videtur” – Whatever is said in Latin sounds profound

“As Uber & Lyft add to city traffic, lose billions, and undermine transit, we need to ask ourselves what transportation problems they solve. They are convenient cabs, not the transportation revolution they promised” (Janette Sadik-Khan – former New York City transportation commissioner)

“La croissance du PIB équivaut à la décroissance de la vie sur Terre”. (Lucien Willemin)

‘L’in-no-va-tion, on vous dit. Recherche et développement, croissance verte, produits high tech et donc forcément propres et économes en ressources, voici la réponse à tous nos maux, ceux de la planète exsangue comme ceux de nos sociétés en quête d’un nouveau souffle. Dormez tranquille, braves gens, car dans les laboratoires ultramodernes et les entreprises de pointe, de sérieux chercheurs et ingénieurs en blouse blanche travaillent et inventent pour vous. On cherche, et puisque l’on cherche, on va trouver – on a toujours trouvé, n’est-ce pas ?’ (Philippe Bihouix)

“If you ignore it, you condone it”

“Someday, you say, you’ll have your fun, when you’re a millionaire Imagine all the fun you’ll have in your old rockin’ chair Enjoy yourself, it’s later than you think Enjoy yourself, while you’re still in the pink The years go by, as quickly as a wink Enjoy yourself, enjoy yourself, it’s later than you think” (Guy Lombardo)

“Le sens commun est fort rare” (Voltaire)

Chronique littéraire 9 (Walder)

Francis Walder – Saint-Germain ou la négociation

XVIè siècle en France, guerre des religions entre catholiques et protestants. Le Roi Charles IX est prêt à faire des concessions pour arrêter ces guerres intérieures qui affaiblissent le pays. Il mandate Monsieur de Malassise -protagoniste du livre, qui raconte l'histoire- afin de mener les négociations qui doivent aboutir à la paix, sans pour autant donner trop de libertés aux Reformés.

En duo avec Monsieur de Biron, un militaire, meilleur sur un champ de bataille qu'à une table de négociation, il doit faire face à 2 adversaires fins. Feintes et manœuvres rythment ce livre qui présente, en même temps qu'une étape importante de l'histoire de France (la liberté de religion), les techniques et approches pour mener à bien une négociation.

Francis Walder, prix Goncourt en 1958 pour ce livre, nous plonge dans cet univers de la négociation en s'inspirant d'expériences qu'il a lui-même vécu sur le plan international.

  • “La vérité n'est pas le contraire du mensonge, trahir n'est pas le contraire de servir, haïr n'est pas le contraire d'aimer, confiance n'est pas le contraire de méfiance, ni droiture de fausseté”

  • “La liberté de conscience était reconnue aux réformés. Désormais ils pourraient se réclamer de leurs convictions, mais aucune manifestation rituelle et publique ne serait admis. ‘Telle doit être, conclut-il, votre position, monsieur de Malassise.’ 'En deçà de cette position, Sire, questionnai-je, de combien puis-je reculer?’ Le poing du roi s'abattit sur la table. 'Pas d'un seul pas!’ Je me levai aussitôt. 'Sire cherchez un militaire. Je suis diplomate’

  • “Puis je réfléchis qu'avec son humeur impétueuse monsieur de Biron (ndr: son accolyte dans la négociation) assumerait dans cette affaire la charge des apparences et me laisserait l'occasion de beaux travaux dérobés. On le verrait s'affairer, traverser Paris en hâte, bourdonnant et vibrant aux oreilles de tous tandis que je mènerais en coulisse l'action essentielle”

  • “En réalité je me trouvais déjà dans cette position suprême de l'arbitre qui, debout entre les 2 partis, n'appartient plus ni à l'un ni à l'autre, mais joue son propre jeu par la volonté même de ceux qui l'ont désigné”

  • “Cette corde vibrait bien chez l'amiral. On le gouvernait aisément en jouant sur son orgueil et le dédain où il tenait ses collaborateurs”

  • “Peut-être l'heure des précisions étant venue, pourrais-je jouer sur les préférences des huguenots, et les amener sur transiger sur la quantité au profit de la qualité. Il s'agissait de découvrir quelle place leur importait le plus, de la refuser farouchement et de ne l'abandonner qu'en dernière heure contre une renonciation à la quatrième ville”

  • “Dans cette phase intermédiaire de pourparlers qui s'ouvrait, il fallait chercher le contact humain, le commerce d'âmes par la parole et la compagnie. Je me répétais : 'malgré tout ce sont des hommes, sensibles par conséquent à ce qui est humain, et le sort des négociations huguenotes dépend de leurs sensibilités, comme dépend de la mienne celui des négociations royales. Les connaître, les faire parler d'eux, les amener à s'ouvrir”

  • “Croiriez-vous qu'après tant d'années de pratique, il m'arrive encore de ne pas dormir en pensant à ces villes, à ces territoire sui sont en jeu sous ma coupe? Songez que ce sont des être humains dont nous faisons commerce. […] 'Mais voilà justement dis-je, l'étonnant: c'est que tout cela devienne si léger dès que j'en dispose en négociateur. […] On dirait que ces maisons, rues et habitants se vident de toute substance, alors que ce sont de si lourdes et tragiques réalités. 'Ne jugez-vous pas bien coupable, demanda le baron, de vous en servir de la sorte? 'Non, répondis-je, car comment jonglerais-je avec ces enjeux immenses, ainsi qu'il m'est imposé de le faire, si je ne les allégeais d'abord à la mesure de mes forces? 'On devrait, dit monsieur d'Ublé pensivement, avant de traiter, aller voir ces endroits qui vont être l'objet de palabres. Il faudrait marcher dans les rues, visiter les maisons, parler aux habitants pour savoir, pour conserver présente et vivante à l'esprit la nature véritable de ce qui va être disposé. 'Au contraire, fis-je à mon tour, il me semble qu'il vaut mieux ne rien savoir, garder de ces choses une conception purement abstraite, car on ne traite adroitement que dans l'indépendance, libre de sentiments et de préférences personnelles”

  • “Ce ne serait pas sans intérêt de leur céder Angoulême après tout, mais pour un temps réduit”

  • “La paix fut signée le 8 août (1570). Elle accordait aux huguenots La Rochelle, Montauban, La Charité, Cognac, la liberté de conscience et l'exercice du culte en certains lieux.”

  • “Quant à l'extrême fragilité de ce pacte, elle était le signe de sa perfection. Il s'agissait d'accorder des adversaires dont aucun n'était battu, ni même défaillant. Seul un équilibre instable pouvait être créée entre deux forces égales. – et encore c'était jonglerie. Nous fîmes là du travail de dentelle diplomatique”

Chronique littéraire 8 (Desmurget)

Michel Desumurget – La fabrique du crétin digital

Dans cet essai sur les méfaits des écrans sur les enfants, Michel Desmurget, chercheur en neurosciences cognitives, dresse l’inventaire des effets de la télévision, tablette, smartphone sur la santé et le cerveau des enfants. Déconstruisant tout d’abord les idées reçues sur les écrans (”les jeux vidéos augmentent les capacités de concentration…”), il montre ensuite leurs effets sur la santé, le comportement, et les capacités intellectuelles des enfants et adolescents. Le livre est scientifiquement quasi irréprochable, soutenu par une bibliographie riche, dense et variée. On peut juste regretter certaines longueur de phrases et formules alambiquées.

  • “Aujourd'hui, tout est quasiment plug and play. Jamais la distance entre la facilité d'utilisation et la complexité d'implémentation n'a été aussi vaste”
  • “les efforts déployés pour redéfinir positivement toutes sortes d'attributs psychiques dont on sait depuis longtemps qu'ils sont fortement délétères pour la performance intellectuelle : dispersion, zapping, multitasking, impulsivité, impatience etc…”

  • “il est un poil condescendant de suggérer que personne avant l'an 2000 n'a jamais eu besoin d'avoir l'esprit critique, de résoudre des problèmes, de communiquer, de collaborer, de créer, d'innover ou de lire”

  • “Lorsque [le cherry-picking] est utilisé avec précision et doigté, ce criblage recèle une puissance mystificatrice redoutable […]. En triant bien vos cerises, vous pourrez soutenir de manière convaincante que fumer améliore la performance physique des coureurs de fond; que les édulcorants artificiels n'augmentent pas le risque sanitaire, en particulier l'obésité; que le réchauffement climatique est totalement indépendant de l'activité humaine”

  • “[les premières années de la vie] aucune autre phase de l'existence ne concentre une telle densité de transformations. En 6 ans, au-delà d'un monceau de conventions sociales et abstraction faite des activités “facultatives” […] le petit humain apprend à s'asseoir, se tenir debout, à marcher, ,à courir, à maitriser ses excrétions, à manger tout seul, à contrôler et coordonner ses mains, à parler, à penser, à maitriser les bases de la numération et du code écrit, à discipliner ses déchainements d'émotions et de pulsions, etc.“

  • ”la puissance structurante des écrans est très inférieure à celle offerte par n'importe quel milieu de vie standard pour peu bien sûr que ce dernier ne soit pas maltraitant […] il suffit d'une exposition quotidienne moyenne de 10 à 30 minutes pour provoquer des atteintes significatives dans les domaines sanitaires et intellectuels”

  • “quand il n'y a pas de preuve que c'est bon et qu'il y a quelque raison que ce soit de croire que c'est mauvais, pourquoi le faire?”

  • “les devoirs sont un ingrédient important de la performance académique. A court terme, ils opèrent principalement en favorisant l'assimilation et la mémorisation des contenus d'intérêt. A plus long terme , ils permettent aussi le développement de certaines aptitudes d'autodiscipline et d'autorégulation absolument essentielles pour la réussite scolaire.[…] or comme souligné précédemment, le travail académique personnel paye un lourd tribut aux usages numériques récréatifs.”

  • “ “les livres seront bientôt obsolètes à l'école […]. Notre système scolaire va complètement changer en dix ans” Belle citation, qui ,avouons-le ne manque pas d'actualité… sauf qu'elle date de 1913 et de l'émerveillement affiché par l'inventeur et industriel Thomas Edison au sujet des innombrables potentialités pédagogiques du cinéma”

  • “Plus nous abandonnons à la machine une part importante de nos activités cognitive en parallèle, plus les élèves es et moins nos neurones trouvent matière à se structurer, s'organiser et se câbler”

  • “Plus les Etats investissent dans les TICE [à l’école], plus la performance des élèves chute. En parallèle, plus les élèves passent de temps avec ces technologies et plus leurs notes baissent.”

  • “Dans les faits, le numérique est avant tout un moyen de résorber l'ampleur des dépenses éducatives. Il projette l'enseignant sur la longue liste des espèces menacées. Cet enseignant coût cher, très cher […] le numérique apport au problème une forte élégante solution. Bien sûr le fait que cette solution se fasse au détriment de la qualité éducative rend le point inflammable, et, donc, difficilement avouable.”

  • “l'une des méthodes les plus efficaces pour améliorer le développement de l'enfant passe par les interactions de haute qualité entre l'adulte et l'enfant, sans la distraction des écrans”

  • “les enfants jusqu’à 2 ans peuvent être divertis et maintenus occupés par le visionnage de vidéoclips sur un smartphone, mais ils n'apprennent rien de ces vidéos”

  • “chez des enfants de 18 mois, chaque demi-heure quotidienne supplémentaire passée avec un appareil mobile multipli[e] par presque 2,5 la probabilité d'observer des retards de langage.”

  • “l'influence délétère des écrans récréatifs sur le langage n'est pas très difficile à expliquer. Chez le jeune enfant, elle s'enracine dans l'appauvrissement des relations verbales précoces, notamment intrafamiliales […] En effet, un travail récent a établi, par exemple, que l'ampleur des interactions verbales précoces (de 18 à 24 mois) prédisait les performances langagières et le QI de l'enfant à échéance de dix ans”

  • “Au-delà d'un socle fondamental, oralement construit au cours des premiers âges de la vie, c'est dans les livres et seulement dans les livres que l'enfant va pouvoir enrichir et développer pleinement son langage.”

  • “ Si l'enfant est moins confronté à l'écrit, l'enfant à plus de mal à apprendre à lire; comme il a plus de mal à lire, i la tendance à éviter l'écrit et donc à lire moins”

  • “Toutes ces données suggèrent donc fortement qu'un excès de stimulations sensorielles durent l'enfance et l'adolescence agit négativement sur le déploiement cérébral. Trop d'images, de sons et de sollicitations diverses semblent créer des conditions favorables à la survenue de déficits de concentration, de symptômes d'hyperactivité et de conduites addictives”

  • “On ne dort pas pour se reposer. On dort parce qu'il est des tâches que notre cerveau ne peut conduire lorsque nous sommes actifs.”

  • “Santé, émotions, cognition : le sommeil contrôle tout”

  • “Youtube, les séries, les films, les clips musicaux, les jeux vidéo sont de véritables machines à fabriquer des normes, c'est-à-dire des règles, souvent implicites, de conduite, d'apparence ou d'expectation.[…] Avant, nous nous comparions à nos voisins, nos proches, nos amis; maintenant nous nous confrontons à nos alter ego télévisuels. Pour la classe moyenne, ce changement entraîna un incroyable sentiment de régression sociale tant le monde audiovisuel offrait de ce milieu sociologique une image déformée. […] L'histoire des années 1980-1990, c'est que des millions d'Américains ont fini avec plus en ayant le sentiment de posséder moins”

  • “Dans les séries télévisées de prime time, près d'un tiers des actrices ont un IMC qualificatif de l'état de maigreur; 3% sont obèses. Dans la vraie vie, ces chiffres sont rigoureusement inverses avec un tiers d'obésité et 2% de maigreur”

  • Quatre conclusions majeures [nota : reformulées]

  • l'information sur les usages du numérique manque grandement de rigueur et de fiabilité

  • la consommation numérique récréative des jeunes générations est extravagante et hors de contrôle. Victimes de cette orgie : activités essentielles au développement (sommeil, lecture, échanges intrafamiliaux, devoirs, sports, arts…)

  • cette frénésie nuit gravement à l'épanouissement intellectuel, émotionnel et sanitaire de nos enfants. Les écrans sont un désastre. Toute maladie qui afficherait le même pedigree en termes d'impact sur l'obésité, les troubles du sommeil, le tabagisme, les difficultés attentionnelles, les retards de langage… verrait une armée de chercheurs se lever sur sa route

  • si les écrans sont aussi délétères, c'est en grande partie parce que notre cerveau n'est pas adapté à la furie numérique qui le frappe. Pour se construire, il a besoin de tempérance sensorielle et de présence humaine. L'ubiquité digitale lui offre le monde inverse.

Sept règles essentielles 1. Avant 6 ans, pas d'écran Après 6 ans : 2. pas plus de 30’ à 1h par jour 3. Pas dans la chambre 4. Pas de contenus inadaptés 5. Pas le matin avant l'école 6. Pas le soir avant de se coucher 7. Une chose à la fois

Random quotes

« Vous regarder grandir, c’est le plus beau spectacle auquel j’ai assisté dans toute ma vie » (Virginie Hamon)

« Ton sac au dos et ton bâton en main, avec ta bicyclette, tu peux aller où il te plaît, emportant avec toi ta maison de toile, ta couverture, ta gamelle et…ta liberté. » (Baden-Powell)

« Hard work beats talent when talent fails to work hard. » (Kevin Durant)

«Health for life to you, A wife of your choice to you, Land without rent to you, A child every year to you, And the light of heaven after this world for you. » (Traditional irish toast)

« Batman represents the incredible power that one enjoys when one consistently choses the same direction, make the same choice, and the right one »

« Under pressure, you don’t rise to the occasion, you sink to the level of your training. Why we train so hard » (Navy SEAL)

«Have more than you show, speak less than you know » (Shakespeare)

« It’s important to be stubborn on the vision and flexible on the details. » (Jeff Bezos)

« La réelle nouveauté consistera à moins considérer le transport comme une fin (marqueur social de la propriété), mais bien davantage comme un moyen (économie collaborative) »

« It is not the man who has too little, but the man who craves more, that is poor. »

«Delight customers with a hard-to-copy high-margin business » (Gibson Biddle)

«Les solutions pour moins consommer, on les connaît : il faut une voiture petite, légère, qui ne roule pas vite. Pourtant, malgré les grandes intentions, les constructeurs font aujourd’hui tout le contraire : des SUV bourrés d’électronique pour pouvoir transporter toute la petite famille. » (Philippe Maindru)

« That will be hard to do” is never a response to “I have a great idea” »

Chronique littéraire 7 (Cohen)

Daniel Cohen – Le monde est clos et le désir infini

Cet essai s’interroge sur la vanité de la croissance économique telle qu’elle est envisagée aujourd’hui. Comme le dit le titre, nous disposons de ressources et de temps limités, et pourtant nous visons la croissance tout le temps, par tous les moyens. Que ce soit à notre niveau (confort, bien matériels…) ou à des niveaux plus larges (entreprises, pays…), il nous montre que tendre vers le ‘toujours plus’ n'arrive finalement à pas grand-chose. Préférerons-nous vivre au-dessus de nos moyens (tous les moyens) ou bien ou bien saurons-nous un jour y renoncer? Un essai bien ficelé, facile à lire et s’appuyant sur des faits soutenant puissamment la conclusion.

Je le recommande pour tous ceux qui se posent des questions sur l'écologie, la croissance, la consommation, l’entreprise.

  • “A suivre ainsi Frédéric Rouvillois, 'la plupart des religions écrites contiennent l'idée d'un âge d'or, d'un paradis ou d'un jardin naturel, dont l'humanité a dû un jour s'exiler. Une telle idée explique un regard tourné vers le passé, ainsi que dans certains cas, l'espoir d'un nouveau commencement.[…] C'est seulement depuis les Lumières […] que le monde est gouverné par l'idée d'une marche vers quelque chose de différent, quelque chose à quoi l'on n'osait pas rêver”.

  • “Vieillir, pour un humain, signifie plus prosaïquement ceci: la vie passe de plus en plus vite; Chacun a fait ou en fera l'expérience: une année d'un quinquagénaire passe cinq fois plus vite que celle d'un enfant de 10 ans… Et tel est le sentiment que donne l'histoire du monde: celle d'une accélération qui a certes changé de forme, mais qui se poursuit inexorablement”.

  • “Chaque étape majeure de l'histoire humaine vient 10 fois plus vite que la précédente. En arrondissant les chiffres: les hominidés surgissent il y a 10 millions d'années, l'homo erectus il y a 1 million d'années, l'homo sapiens sapiens il y a 100 000 ans, l'agriculture il y a 12 000 ans, l'imprimerie il y a 1 000 ans, l'électricité il y a 100 ans, internet il y a 10 ans.”

  • “L’intimité est devenue un enjeu aussi important à défendre qu'hier les droits civiques”

  • “Cette évolution annonce une bonne et une mauvaise nouvelle. Internet offre des services qui ne coûtent rien, ce qui est bien pour le pouvoir d'achat. La mauvaise nouvelle est qu'il ne génère pas d'emplois. Google, Facebook et Twitter embauchent à elles trois moins que n'importe quelle firme automobile aujourd'hui encore! Tout se passe comme si un petit nombre de gens très bien payés travaillaient à rendre gratuits des biens consommés par des pauvres.

  • ”On n'est pas riche ou pauvre dans l'absolu, mais par rapport à une référence [..] La réalité du monde qui nous héberge finit [toujours] par s'imposer comme nouvelle référence“

  • “Pour éviter toute collusion entre les intérêts des managers et ceux de leur employés, ils [les investisseurs] instituent de nouvelles formes de gouvernance. Les dirigeants sont arrachés au salariat et reçoivent une rémunération indexée sur la performance boursière de l'entreprise. Alors qu’un dirigeant d’entreprise industrielle à l'ancienne aurait été incapable d'augmenter son salaire s'il n'augmentait pas celui de ses salariés, le nouveau régime d'incitation conduit au résultat exactement inverse. Pour que le revenu des dirigeants augmente, il faut que la [performance boursière] soit haussière et donc que les coûts salariaux soient aussi faibles que possible. La fonction protectrice de l'entreprise s'est volatilisée”

Chronique littéraire 6 (Beccaria)

Laurent Beccaria – Helie de Saint Marc

Première ici : une biographie! Écrite en 88 par Laurent Beccaria, cette biographie d'Hélie de Saint Marc le raconte, depuis son enfance dans le sud-ouest jusqu'à après sa sortie de prison, en passant par la résistance, la déportation, la guerre d'Indochine, d'Algérie, le putsch, le procès et la détention.

S'appuyant sur de nombreux entretiens avec le concerné et son entourage, des documents officiels et des archives privées, cette biographie met en avant une personnalité atypique dans les milieux militaires, et un homme doté d'un physique extraordinaire (membres des commandos parachutistes pendant 15 ans), d'un caractère curieux, aiguisé, faisant preuve d'une rare clairvoyance sur la situation de la France, malgré une décision -celle de soutenir les généraux du putsch d'Alger en 61- prise rapidement et qui lui coûtera très cher.

Ce livre est également l'occasion de mieux comprendre les dispositions psychologiques et le parcours de cette génération embarquée dans l'armée à la suite de la 2nde Guerre Mondiale, très hétérogène mais avec cette volonté de redorer le blason d'une armée balayée en 40, souvent maltraitée car au carrefour de changements historiques géopolitiques et de décisions politiques discutables.

Ce livre, sans doute biaisé en faveur de son héros, éclaire cette période de notre histoire récente. J'en ai extrait beaucoup de morceaux… Bonne lecture!

  • “Montherlant, c'était l'héroïsme, peut-être un peu facile, que j'ai décodé plus tard quand j'ai eu de la bouteille. Mais une très belle langue. Avec une notion du service inutile, de la gloire qui se suffit à elle-même, quelqu'un qui fait son devoir et son travail au-delà des conséquences concrètes de ce qu'il fait, un stoïcisme qui ne pouvait que plaire à une âme d'adolescent [dans les années 30]”

  • “La rigueur de Joseph Denoix de Saint Marc le [Hélie] façonne davantage: le droit, le travail, l'amour de la terre, le mépris de l'argent pour l'argent, le sens du devoir… Toute une éducation provinciale et catholique des années 30, avec ses limites et sa noblesse.”

  • “Je n'avais pas l'idée d'une Résistance telle qu'on la représente aujourd'hui, de manière globale, monolithique. Je ne disais pas: “Je fais partie de cette grande armée secrète… mais plutôt: “A un tout petit échelon modeste, je fais quelque chose qui va aider à transformer, très peu sans doute, le cours des choses”

  • “Pourquoi ai-je donc éprouvé dans ce milieu [celui de la Corniche, préparation pour l'entrée à St Cyr, qu'Hélie suivait à Versailles] un malaise qui m'amenait de plus en plus à me replier sur moi-même? Sans doute l'impression de quelque chose de clos, d'un peu artificiel, sans rapport avec le fabuleux bouillonnement du monde que m'avait fait deviner le colonel Arnould [chef du réseau de Résistance Jade-Amicol qu'Hélie côtoyait en vacances]. Beaucoup de mes camarades paraissaient l'ignorer et se satisfaire de leur état, dans un pays écrasé, occupé, ruiné, et bientôt sans école militaire. Tout cela me paraissait surréaliste alors que des Français de notre âge tombaient sur les champs de bataille ou sous les balles des pelotons d’exécution”

  • “Le statut des juifs heurte en effet ce chrétien [le père d'Hélie] scandalisé qu'un homme puisse être poursuivi pour sa religion ou pour sa race. A Bordeaux, lorsqu'il croise un passant portant l'étoile jaune, le bâtonnier de Saint Marc ne manque jamais de saluer l'inconnu d'un grand coup de chapeau théâtral, pour lui témoigner sa solidarité”

  • “..comme chaque soir depuis la déclaration de guerre, la ‘prière des voyageurs’, dédiée à tous ses enfants qui demeurent au loin: Henri dans un oflag allemand, Olivier à Madagascar, Suzanne en Afrique et Louis en Angleterre… […] (NDR: pour tous mes amis qui voyagent! :) ) O Dieu Qui ayant fait sortir de sa patrie Abraham votre serviteur, l'avez préservé de tout danger dans le cours de ses voyages. O Vous Seigneur Qui avez fait accompagner le jeune Tobie lorsqu'il dût s'éloigner de la maison paternelle, Daignez aussi veiller sur les voyageurs dont nous regrettons l'absence. Dirigez-leurs pas, protégez-les en tous lieux. Que votre main puissante et miséricordieuse écarte de leur route les tentations et les dangers, Que vos saints anges les portent entre leurs bras de peur qu'ils ne heurtent quelque pierre. O mon Dieu, Que votre douce Providence s'étende à tous les événements de leurs voyages et à leurs besoins de chaque jour. Qu'elle soit une consolation dans la solitude, un ami dans le long chemin, un ombrage dans leur chaleur, un couvert dans le froid et la pluie, un repos dans la fatigue, un asile dans le danger, un bâton dans les passages difficiles, un port dans le naufrage. Afin que conduits par Vous jusqu'à la fin, ils arrivent au terme de leur voyage et reviennent en santé dans leur maison. Qu'ils y retrouvent alors Seigneur, tous ceux qu'ils y ont laissés et qu'ils aiment. Que pas un regret, pas une absence ne vienne troubler la pure joie de leur retour.”

  • “Dans les derniers mois de son existence, le camp de Langenstein devient un champ clos où se déchaîne la violence d'un millier d’hommes réduits à l'état de bêtes luttant désespérément pour leur survie. Attaqués, les corvées de soupe arrivent à moitié dévalisées. Des détenus se jettent à terre pour picorer avec leurs doigts des rondelles de carottes et les épluchures qui flottent sur le sol boueux.”

  • “A son arrivée à l'hôpital le 11 avril 1945, Hélie Denoix de Saint Marc pèse quarante-deux kilos. A vingt-trois ans, dévoré par la dysenterie, il ne peut plus marcher et crache le sang. Pendant une semaine, il ne connaît même plus son nom. Il fait partie des 30 survivants d'un convoi de 1 000 déportés…”

  • [à la fin de la guerre] “L'armée attire alors un incroyable mélange […]: FFI ou FTP, brillants sous-officiers de la Ière armée, résistants de toute obédience ou déportés”

  • “C'est fou ce qu'on s'endurcit: je me suis surpris aujourd'hui, assis sur mon casque, en examinant à mes pieds le crâne coupé en deux d'un Viet, en train de penser: ”c'est drôle l'intérieur d'une tête“. C'est dingue. Redeviendra-t-on normal après tout cela?”

  • [Le Commandant Jeanpierre, chef hiérarchique de Saint Marc] “Ecoutez Saint Marc, il y a une chose que je dois vous dire.. S'il y quelques mérites à avoir été résistant, il n'y en a aucun à s'être fait piéger, cravater, à avoir été envoyé comme du bétail à pourrir au fond d'un camp de concentration, pendant que les autres continuaient à se battre. Si j'ai un conseil à vous donner, c'est de ne pas vous prévaloir de cette période de votre vie” […] –'ces propos m'atteignirent très durement”

  • “Dès 1927, le gouverneur Maurice Violette prévient cependant […] que des réformes fondamentales lui paraissent indispensables: 'Prenez garde. Les indigènes d'Algérie, par votre faute sans doute, n'ont pas encore de patrie, ils en cherchent une. Ils vous demandent la patrie française; donnez-la-leur vite, sinon ils en feront une autre”

  • “Un soir, la compagnie installe son bivouac sur les pentes sur des Nementcha vers El-Oued, là où le massif domine le Sahara. Le crépuscule d'or et de cuivre qui abat doucement son ombre sur le désert saisit brusquement Hélie, fourbu par une longue journée de marche. 'J'étais ébloui par ces immenses vagues de sable qui s'étendent de l'Atlantique au Nil, avec leur silence et leur pureté’”

  • “On parle des pieds-noirs comme des gros colons, alors qu'à côté d'énormes fortunes, le niveau de vie des Européen d'Algérie était nettement inférieur à celui des Français de métropole. On en a fait des excités d'extrême droite, alors que les valeurs de la gauche étaient très présentes: beaucoup de familles pieds-noirs descendaient d’exilés politiques, des communards du Frente Popular, les quartiers populaires votaient à gauche et le maire de Bel-Abbès, le fief de la Légion, était communiste. Ceci dit, je comprenais leur drame – la valise ou le cercueil, ce n'était pas du folklore, mais un déchirement humain terrible-, il était évident qu'ils ne voulaient pas voir le mouvement du monde et la fin des empires coloniaux”

  • [sur la torture] “il faut se replacer dans l'ambiance d'une ville livrée au terrorisme, où une fois, deux fois par jour, des hommes, des femmes, des enfants sont déchiquetés par des bombes. […] Dans cette ambiance sordide – car le terrorisme est sordide –, celui qui est responsable de l'ordre est-il ou non en droit de maltraiter des hommes dont il sait pertinemment qu'ils détiennent des renseignements? La morale élémentaire s'y oppose. Tranquillement, quand on est dans une ville paisible et dans un pays en paix, ce n'est pas possible. Quand on est dans le bain, je n'en sais rien. Ce n'est pas si simple de dire 'je suis contre la torture’, tout le monde est contre la torture. Mais vraiment sur le fond, je n'ai pas encore trouvé de réponse satisfaisante. Dans la guerre, il y a des horreurs. Les bombardements alliés sur l'Allemagne appliquaient une forme de terreur. Finalement, si je suis revenu de déportation, si les camps ont pu être libérés à temps, c'est peut-être parce que l'aviation alliée à ce moment-là a déclenché des bombardements aveugles sur Dresde, Cologne et Hambourg, massacrant des centaines de milliers d'innocents et mutilant des enfants pour toute leur vie. Il n'y a pas de guerre propre. On y trouve le reflet de la nature humaine, le bien et le mal qui cohabitent. Parfois c'est le combat d'un bien contre un autre bien, sinon du mal contre un autre mal.”

  • “Saint Marc était peut-être le seul officier français en Algérie que les correspondants étrangers respectaient intellectuellement et avec lequel ils recherchaient le débat. Et lui, avec une immense patience, ne se décourageait jamais, même quand il avait en face de lui des gens assez primaires. Il a plus fait pour faire respecter la 'voix de la France’ que tout la délégation française des Nations Unies de l'époque”

  • “L'Algérie française représente pour eux la lutte d'une génération, l'aboutissement de plus de quinze ans de guerre pour effacer mai 1940”

  • “[Le général Challe fait venir Saint Marc pour savoir s'il le suivrait pour le putsch] “Je suis un démocrate Saint Marc, ce ne sera ni un coup d'état fasciste, ni une revanche raciste. Êtes-vous des nôtres?

  • A une condition: qu'il n'y ait de notre part aucune violence inutile, aucun règlement de compte, et dans ce cas, mon général, je suis à vos ordres”

  • [le procureur Reliquet -en charge du procès de Saint Marc après le putsch- est convoqué chez Pierre Messmer, Ministre des Armées, la veille de la réquisition. Ce dernier lui met la pression pour condamner Saint Marc à 20 ans de réclusion] “J'explique à Messmer qu'il ne saurait être question pour moi de requérir une peine pareille contre Denoix de Saint Marc, et ce pour bien des raisons. La première est que les généraux chefs du complot ont été condamné chacun à 15 ans de détention. Il n'est donc pas concevable que leur subordonné, qui n'a fait qu’exécuter les instructions, soit condamné plus sévèrement qu'eux. Un autre motif s'oppose à ce que le maximum de peine soit infligé au commandant Saint Marc: un Tribunal ne juge pas un acte, mais l'homme qui a commis cet acte. […] et nous n'avons pas l'habitude de juger les hommes sur ce que nous les jugeons capables de faire dans l'avenir, mais sur ce qu'ils ont fait dans le passé”

  • “Depuis mon âge d'homme, monsieur le Président, j'ai vécu pas mal d'épreuves: la Résistance, la Gestapo, Buchenwald, trois séjours en Indochine, la guerre d'Algérie, Suez, et puis encore la guerre d'Algérie…”

  • “La vie est ainsi faite que le courage physique n'accompagne pas toujours l'indépendance d'esprit et de courage intellectuel”

  • “Les jeunes s'ennuient et se heurtent aux murs d'une prison dont ils ont eux-même construit les fondations, parce qu'on leur a appris qu'il n'était pas de bon goût de rêver aux belles aventures et d'aimer leur pays…”

  • [en sortant de ses 5 ans de prison à Tulle] “A quarante-quatre ans, Hélie Denoix de Saint Marc n'est encore qu'à la moitié de sa vie. Sans ressources, il doit trouver un emploi pour nourrir sa famille”

  • “J'ai compris la révolte d'une jeunesse [en mai 68] à l'égard d'une société dont les moteurs reconnus étaient le profit et l'argent et qui semblait vouloir réduire à la portion congrue le rêve, l'imagination et la générosité. L'aventure humaine, c'est quand même autre chose!”

  • “Ce qui me parait grave, c'est qu'on remue le fond de la conscience nationale en touchant des blessures anciennes mal guéries, sans que la jeune génération sache ce qui s'est passé et pourquoi”

  • “Je n'ai jamais compris pourquoi la France, après avoir consacré des sommes considérables à la guerre, [..] n'a pas trouvé ensuite l'argent pour la paix. On aurait pu prolonger d'un ou deux ans l'effort financier pour réparer les dégâts et sauver ce qui pouvait être sauvé: le vide administratif total de juin à septembre 1962 en Algérie, l'accueil des pieds-noirs et des harkis, etc. Il était difficile d'imaginer une fin de guerre aussi catastrophique”

  • “il n'y a pas de visage plus horrible que celui du soudard massacrant des innocents, mais il n'y a rien de plus noble que le courage conquis de vive force”

  • “Dans les dernières pages de ces cahiers, on trouve une citation de Montherlant, l'auteur de ses vingt ans: ’ce sont les mots qu'ils n'ont pas dit qui font si lourds les morts dans leurs cercueils’ ”

Enter your email to subscribe to updates.