pylapp

Lannion

Une bonne dose de café… vie privée

🇫🇷 – vendredi 19 novembre 2021

Mots clés : #ViePrivée, #cryptoparty, #chiffrofête, #Lannion, #privacy

Logo du Café Vie Privée de Lannion 2018

Bon, j’ai enfin un peu de temps pour moi pour avancer sur ce blog, et faire un retour sur un truc qui a mieux marché que prévu. Une idée lancée en l’air autour de bières entre deux copains (1) : un café vie privée, dans leur patelin au fond du Trégor.

En quelques mots, les “cafés vie privée”, ou les “install parties”, ou encore les “chiffro-fêtes” ou “cryptoparties” sont des rencontres qui sentent bon les effluves de geeks, de libristes, de libertaires et de cryptanarchistes. Mais pas que. Là où les “install parties” mettent le focus sur l’installation de systèmes d’exploitation sur ordinateurs et téléphones, les “cryptoparties” se concentrent davantage sur les sujets autour du chiffrement, et notamment l’échange de clés cryptographiques. Pour les “cafés vie privée” c’est un peu différent. On retrouve le même esprit, à savoir se poser dans un lieu convivial, papoter et faire des trucs cools, mais on va peut-être moins entrer dans le dur et être davantage dans la vulgarisation et le partage. Il en faut pour tous les goûts. Enfin bref chacun fait à sa sauce mais vous voyez l’idée.

Mais pourquoi en avoir organisé un ? Parce qu’on avait, entre potes, l’envie. Et paf.

Peu de temps après l’édition 2018 de Libre en Fête en Trégor, qui a bien cartonné soit dit en passant, Séb et moi avions une discussion, de celles qu’on retrouve autour de plusieurs pintes dans un bar entre copains (2):

« Ca te manque pas un peu l’ambiance de Libre en Fête ? – Ouais carrément. Faudrait qu’on refasse un truc. Plus petit, sans pression ni ambition. Un truc intime, 40 danseurs, 80 musiciens, 300 invités. – Genre chiffro-fête ? – Oui, mais commencer doucement pour pas perdre tout le monde. Genre un gros meetup, mais pour tout le monde, du plus geek ou plus néophyte pour oublier personne. – Ah bah un café vie privée alors ! »

Merci Séb pour l’idée !

L’idée de base donc : faire une truc tranquille, si ça attire 10 personnes c’est cool. Entre les meetups de Code d’Amor, le Libre en Fête et avant ça le Startup Weekend de Saint Brieuc, faire un truc sans trop de monde ni budget ni paperasserie ni pression c’est chouette.

Première étape: faire de la communication. Bon, service minimum, Twitter et Mastodon, et bouche à oreille. Sans prétention on a dit.

Ouais mais ok, question conne : on fait ça où ?

Ah. Ah bah oui. C’est vrai que quitte à y aller en freestyle, on n’avait rien prévu. Le lieu donc.

Déjà condition indispensable sur laquelle aucun de nous ne voulait transiger : un bar, qui sert de la bonne bière, en pinte. À Lannion, ça va, il y a des candidats. Par pure conscience professionnelle on a dû se faire un avis approfondi sur la question. On élimine ceux trop petits ou aux salles étouffantes, d’autres étaient fermés. Certains étaient commerciaux et trop bruyants. Et d’autres c’était non car on trouvait que les gérants étaient des gros cons. Ah bah oui, pour une fois on met le respect en prison.

Puis, vint l’idée lumineuse : Le Truc. Endroit super sympa, gérants adorables (merci Elise et William !), tapas et bières vraiment plaisants, et aussi, du choix pour les végans, les végétariens et ceux qui ne consomment pas d’alcool. Et en plus, cerise sur le gateau : ils avaient une toile et un vidéoprojecteur ! Nickel. Puis c’était notre repère aussi.

Salon qui semble comfortable et chaleureux avec canapé marron, chaises et tables

Sauf que, on n’avait pas encore pensé à quelque chose. Le lieu, la date, la communication ok. Mais le contenu ? Ah oui, faut que ça plaise.

D’emblée, je propose un sujet sur un thème que j’aimais bien, les cryptomonnaies. Sur le coup ce n’était pas une mauvaise idée, mais finalement on aurait dû la garder pour la fin car le sujet était un peu hardcore quand même. Déjà fallait faire digérer le concept de cryptomonnaies, et ensuite faire comprendre ce qu’il y avait sous le capot de ZCash et Monero. Aouch. Séb avait envie de parler de web fingerprinting et des usages des internets. Nickel, un sujet facile à aborder, complet, et qui va être bien intéressant. Et que les gens peuvent appliquer en rentrant à la maison !

Deux sujets c’est chouette, mais si on pouvait faire plus ?

À ce moment là ça commençait à partir en sucette, un peu. Trop d’idées d’un coup, trop de temps libre à meubler, et pas l’un pour rattraper l’autre. Alors, demandons aux copains !

Pas de chance syl de Nos Oignons était sous l’eau, pas grave, on comprend carrément. Tentons clochix alors ; bingo ! Il était super partant pour parler hygiène numérique, ça nous faisait plaisir car on aimait bien ce qu’il partageait sur les réseaux sociaux, et on avait appris un paquet de trucs grâce à lui. Allez on est fou, on tente aeris22 pour les mêmes raisons. Loupé, pas dispo et pas dans le coin, dommage ! Et je ne sais plus du tout comment, des copains de Saint Brieuc étaient chauds pour parler de leur projet de fournisseur d’accès internet associatif : FAIbreizh. Parfait ! 4 sujets, on touche à plein de choses, ça va plaire, et y’a les potos.

LĂ  on se dit bon, on est bien.

Y’a ce qu’il faut.

On a la communication, les sujets, le lieux, le cadre et l’ambiance du lieu, on incitera le public à être cool et à pas squatter le bar sans consommer, on poussera pas à la consommation pour autant, chacun se responsabilise.

Mais… encore une fois, pas l’un pour rattraper l’autre.

« Tiens, et si on avait de goodies ? Ce serait cool. – Mais on demande à qui ? – Allez au pif, Qwant. On va demander à Tristan Nitot directement. – Genre ? – Genre. »

Et bah on a remercié Tristan pour les stickers et les flyers, ils ont fait fureur !

« Oui mais bon, FDN, FFDN, Framasoft, l’April, La Quadrature du Net… on tente ? – Allez, au culot, on tente »

On a tenté. Et j’ai jamais eu autant de goodies. Et quand ce n’était pas directement les associations qui pensaient à nous comme Framasoft et FDN, c’était les adhérents ou sympathisants des autres qui habitaient dans le coin qui venaient avec ce qu’il fallait. Tout le monde a répondu.

On s’est pas dit sur le coup que si tout le monde nous suivait comme ça, c’est que y’avait du monde intéressé. Oups.

« Bon, c’est bien tout ça, mais si on faisait des goodies « utiles » ? – Ah ouais, des caches webcams ! – Allez banzaï »

J’ai découvert Thingiverse. C’est pas bien Thingiverse. Faut vraiment pas que j’ai une imprimante 3D. Et paf les cache-webcams ! Un peu de sous dans la cagnotte participative du FabLab de Lannion et aussi dans le tiers lieu d’Orange, et hop.

Cache webcam blanc

Sauf que voilà, à un moment, on a les goodies en stock avec tout le reste mais une idée me trottait en tête… faire des affiches ? Non Séb va ronchonner, on a dit qu'on faisait un truc tranquille pour une fois, pas d'ambition. Relax. Ça ne m'a pas empêché de le revoir un soir avec deux types d'affiches à mettre partout. Elles étaient jolies (tout est relatif bien entendu), et au moins on mettait les logos de ceux qui étaient avec nous, surtout le bar quand même. Hop, une dizaine d'affiches par ci par là… et on sera bon.

Affiche Affiche

Oui mais… mais il manque un truc. Un p’tit truc en plus pour la postérité. Après tout, en une soirée bien énervé y’a moyen. Pourquoi pas un site web ?

J’en connais un qui devait éviter les baffes de l’autre. Bon à ce rythme là on n’était plus trop dans le truc tranquille. Mais y’avait un site web tout simple de fait. Avec un nom de domaine en .bzh. Quand même, bordel cafe-vie-privee-lannion.bzh ça claque.

On était bien. Bien bien bien. Un peu loin de l’idée de base dans un coin de bar avec 3 bouts de ficelles et une planche sur tréteaux, mais bon.

Sauf que la ville avait relayé l’info (on avait dû mettre ça dans l’agenda, je ne sais plus) et… les médias locaux ce sont intéressés à nous. Un. Puis deux. Puis trois. Merde, pas prévu non plus ça. Et même la radio, car le journaliste était déjà bien sensibilisé à la protection de la vie privée ! Et aussi l’info fut diffusée via l’Agenda du Libre.

Et donc c’est parti pour les articles de presse. Le seul regret, c’est qu’on voulait amorcer un truc, lancer une idée, et ensuite que chacun puisse prendre les clés du camion et continuer après nous. On ne voulait surtout pas qu’on soit identifiés comme les deux barbus qui gèrent ça. Pour ça qu’on ne voulait pas faire d’association ou de collectif à l’avenir. Mais bon, les articles de presse sans photos ni citation des personnes… allez on se plie à l’exercice. Nous qui adorons les photos en plus.

Donc on en est lĂ .

Lieu, ambiance, sujets, goodies, goodies faits maison, copains. Affiches. Articles de presse. Site web. Annonce municipale. Bien, bien loin du truc initial, on s’est pas ménagé finalement. Et vint le jour J.

On s’installe, pépouze, no stress, on a tout le matos. Elise et William avaient tout préparé, de vrais amours, et leurs chats se demandaient ce qui allait se passer. Puis viennent les copains, avec leurs potes. Et leurs potes ont ramené des potes. On est une grosse dizaine, on va commencer. Puis ça rentre dans le bar, et nous rejoint. Une vingtaine, cool ! On commence, on attend encore quelques instants, puis encore du monde. Oui, y’avait déjà des gens qui étaient dans le bar avant notre arrivée ; on pensait qu’ils vivaient leur vie tranquille mais non, ils nous attendaient. Une trentaine de personnes, chouette. Par contre la salle dans le bar est pleine. C’est cool mais faut pas plus, allez on lance.

On démarre le premier sujet… et ça n’arrête pas. Ca rentre, ça rentre, ça rentre. Plus de place pour voir les diapos. Un peu galère pour circuler et prendre une mousse ou des tapas.

Et ça rentre encore, on en est à un quarantaine. Oui mais y’avait aussi les potes des potes de Saint Brieuc dans les embouteillages, qui arrivent plus tard.

On est presque une cinquantaine. Merde, c’était pas prévu. Et gros soucis : on n’avait pas de micro. Car autant à 10 dans un coin de salle, ça va. Mais autant de monde dans un bar bondé avec des murs épais… fallait un micro. Bon plus qu’à faire sans ! Heureusement que le bar faisait des grogs. Bobo la gorge.

Et finalement ? Ça a cartonné. Élise et William étaient contents, même si les gens auraient pu ne pa se contenter de rester à écouter sans prendre un truc. Ça par contre ça me m'a bien gonflé. Mais on m'a appris à ne pas être exigeant avec les autres, juste moi-même. Le public ? Ravi aussi, même si le sujet des cryptomonnaies au début avait bien fait flipper. Les autres sujets ont vraiment été appréciés, et ont permis d’avoir des échanges entre les uns et les autres. On commençait à créer un truc bien sympa, convivial, ouvert, respectueux et plein de partage. Les gens sont rentrés chez eux avec quelque chose à mettre en pratique, ils ne sont pas venus pour rien. Ça, ça vaut de l'or.

Et nous dans tout ça ? Foutrement contents. Ça avait cartonné. Bon, portés par l’idée on ne maitrisait plus rien et on avait bien explosé le peu d’ambition de base, mais ça valait le coup.

On s'était dit qu’on allait recommencer tous les 2 ou 3 mois, parler des OS pour smartphones, et caler des session d’échanges de clés. Y’avait moyen.

Mais… mais finalement l’un comme l’autre on a eu nos contraintes pros et persos, et finalement on a quitté la région. Séb d’abord, puis moi. On avait lancé quelques bouteilles à la mer pour que d’autres reprennent le bébé, mais ça n’a pas marché. Alors, un peu dépités quand même, on s’est dit qu’au moins on aurait fait un truc chouette au Truc, avec des bons moments et des copains qui ont bien aidé. Et que ça a servi aux gens. Les comptes Twitter et Mastodon ont été supprimés, pas fan d’avoir des comptes qui étaient inactifs.

On a gardé le site web par contre, c’est pas pour ce que coûte l’hébergement web et le nom de domaine. On en a profité pour y rendre accessibles les supports de présentation, et aussi quelques ressources pour aller plus loin. Il y aura de beaux restes.

Voilà ce que peut donner une idée lancée comme ça, entre deux potes (3), autours de bières. Faut s’attendre à tout, même au meilleur ! D’ailleurs on a refait un dossier de presse après le truc.

Extrait de Ouest France en date du 23/20/2018

(1) madame était là aussi, et je la remercie de pas s’être enfuie vu les échanges qu’on avait Seb et moi ❤ (2) mais je l’aime hein ! (3) elle va me manger tout cru 🙀

— Dernière mise à jour : mercredi 9 février 2022 Précédemment sur Medium et paper.wf —

Did you enjoy reading this blog? Give me a beer 🍺 or use something else ❤️‍🔥 Licensed under CC-BY-SA 2.0 Opinions are my own, even if I have some interests.

DIY is ❤

🇫🇷 – samedi 23 novembre 2019

Mots clés : #DIY, #DevFest, #FabLab, #Lannion, #Bretagne

Lors du 1er DevFest de Bretagne, le DevFest du Bout du Monde de 2019, nous avions fait le choix de miser sur le local pour réaliser une partie de la décoration. D’ailleurs, avec deux associations qui organisaient le DevFest (Code d’Armor et FinistDevs), ça nous paraissait logique de travailler de concert avec d’autres comme par exemple 3BF Studio pour la captation des conférences et le FabLab de Lannion pour le bricolage.

Retour sur nos créations, avec un bon mélange de medium, de peinture, de bière et d’huile de coude.

DES GROSSES LETTRES

Nous souhaitions avoir des lettres “géantes” histoire de s’afficher un peu. Ce genre des lettres meublent, et pouvaient être sympas sur des photos par exemple ou pour habiller des scènes. Nous avions pu voir ce que donnaient ces lettres notamment lors du premier TEDxLannion de 2018, et nous voulions tenter !

Pour faire ça, le FabLab de Lannion avait conçu un plugin pour Inkscape afin de dessiner des modèles de lettres 3D. Une fois la lettre dessinée, son corps en trois dimensions était généré, que ce soit les deux faces et aussi le ruban flex. Ce ruban avait pour but de solidariser les deux pièces pour quelles soient parfaitement emboitées.

Une fois les lettres dessinées, il suffit de les découper au… laser ! Avec de bonnes plaques de medium, les lettres sont découpées rapidement hormis les rubans flex : les enchainements de découpes pour des motifs fins, petits et précis sont longs. S’en suivit une étape de montage, collage et ponçage pour lisser les angles. Et enfin, mise en peinture ! Deux couches pour avoir un résultat propre… si on peint les objets dans un environnement où il fait plus de 10°C et si on n’a pas deux mains gauches. En février dans un atelier quand c’est bibi qui peint à 2h du matin au dernier moment, non ^^'

DeS SkyLiNeS !

Pour les fonds de scènes, nous voulions des skylines comme celles que nous avions pu voir ailleurs. Des collègues du FabLab ont imaginé une skyline pour Lannion et les Côtes d’Armor, et une autre pour Brest et le Finistère. Merci encore Inkscape ! La découpeuse laser a bien tourné pour découper rapidement les deux produits en peu de temps. Il ne restait alors qu’à les peindre et ajouter des tasseaux pour y mettre des rubans à LED afin d’illuminer le fond.

Pour la skyline de Lannion, deux modèles ont été découpés (un blanc et un noir) avec le modèle blanc légèrement plus grand à mettre derrière. La skyline brestoise avait beaucoup d’espaces vides, c’est pourquoi il aurait fallu repenser l’éclairage, mais nous manquions cruellement de temps. Pour ce qui est des tasseaux, il valait mieux les peindre aussi en blanc ; certains sont traités et peuvent réfléchir leur propre couleur sur les pièces (ici du jaune).

Le soucis des skylines est que certaines parties sont particulièrement fines et par conséquent très fragiles ; le transport et le stockage doivent être méticuleux, et nous avons eu pour le jour J un peu de casse.

D’ailleurs, il existe sur le compte GitHub du FabLab un dépôt avec un ensemble d’éléments découpables. Pour ces skylines, quelques éléments emblématiques de nos territoires ont été utilisés comme l’arsenal de Brest, le phare de Ploumanac’h, celui du Petit Minou, Brélévenez, ou encore la tour télécoms de Lannion.

Les Gardiens… du Temps !

Les derniers éléments que nous avions fait faire étaient les time keepers. En effet nous voulions avoir un moyen de mesurer le temps écoulé pendant les conférences afin que les speakers sachent combien de temps il leur restait pour parler. Nous souhaitions des solutions originales et décoratives, et voulions éviter les traditionnels panneaux ou feuilles de papier avec des chiffres écrits à la va vite dessus.

Les trenders étaient relativement simples : un socle avec peu d’électronique dedans, des LED et une partie supérieure en plexy à emboiter diffusant la lumière. Cerise sur le gateau, un portail captif accessible au travers d’un réseau Wi-Fi diffusé par le socle afin de configurer l’appareil. La partie en plexy est découpée au travers d’une découpeuse laser qui est similaire à celle pour le bois.

Si les trenders vous intéressent, vous pouvez par ailleurs jeter un coup d’oeil au dépôt GitHub associé ou sur le site du FabLab. Le résultat était très convaincant, et l’usage vraiment simple !

Bref, travailler avec plusieurs associations a du bon ! Le FabLab de Lannion étant proche de mon domicile et très équipé, je me suis improvisé peinture et bricoleur. Le résultat parfois n’était pas terrible, mais les bénévoles du FabLab étaient toujours présents pour corriger les problèmes et apporter de nouvelles idées ! Si c’était à refaire, on s’y serait pris bien plus tôt sûrement, le rush des derniers jours n’aidait pas particulièrement pour tout finaliser, et nous monopolisions beaucoup les découpeuses.

Merci encore au FabLab, et si vous vous perdez au bout du monde, le DevFest brestois arrive vite (28 février 2020) avec le call for papers qui se termine dans quelques jours.

Alors foncez !

— Dernière mise à jour : samedi 23 novembre 2019 Précédemment sur Medium et paper.wf —

Did you enjoy reading this blog? Give me a beer 🍺 or use something else ❤️‍🔥 Licensed under CC-BY-SA 2.0 Opinions are my own, even if I have some interests.

Retours sur 6 ans dans une asso de devs

🇫🇷 – mercredi 26 juin 2019

Mots clés : #Codedarmor, #Lannion, #Bretagne, #GDG, #meetups

Arrivé en Bretagne (Lannion !) en 2012 pour terminer mes études, je tombais sur une association de développeurs récemment lancée qui avait pour ambitions d’animer la communauté des développeurs du coin à force de meetups, d’ateliers et d’évènements et de favoriser le réseautage et le partage entre personnes de la tech. En 2013, je finis par rejoindre cette bande de geeks et ce pendant 6 putain d’années. Yep, je venais de me lancer dans une belle aventure avec Code d’Armor. Retour là dessus, car j’y tiens trop 🥳

La vie associative

D'abord des rencontres, beaucoup, avec certaines vraiment belles 🤝. S’investir dans une association fait que l’on est toujours amené à rencontrer du monde. Des gens qui viennent à vos meetups, des curieux, allant du stagiaire qui débarque à l’expert barbu dans son domaine. Mais aussi des officiels, comme des élus de la ville et de l’agglomération ou des députés qui s’intéressent à ce que l’on fait et qui nous encouragent (merci Corinne, merci Eric). Aussi des rencontres avec d’autres associations comme les copains du FabLab de Lannion ou ceux du GDG du Finistère FinistDevs. On se retrouve amené aussi à échanger avec des intervenants extérieurs connus nationalement voire internationalement qui viennent de loin faire une conférence chez nous. Et dans tout ça, de vrais bons potes 🍻.

Bon, aussi de la paperasserie, impossible d’y échapper. Recherche de subventions, demande de sponsoring, réunions, il faut savoir mouiller la chemise pour faire tourner la boutique. Les rôles tournent, on essaye de toujours bouger et de se répartir les tâches 🔨.

On peut parfois compter sur certaines entreprises du coin pour nous soutenir, même si parfois elles peinent à masquer les autres qui brillent totalement par leur absence, bien trop nombreuses à mon goût. C’est rageant, frustrant et pénible, mais c’est comme ça, l’associatif taquine parfois la politique, il faut savoir secouer les cocotiers pour que des choses en tombent, faire avec l’honnêteté des uns et l’hypocrisie des autres. On peut avoir envie de baisser les bras, de laisser tomber. Mais on persévère, toujours, et on s’adapte. Et des soutiens nous font continuer, et on les remercie ❤.

Les meetups

Code d’Armor c’est avant tout une histoire d’association d’irréductibles bretons (et de au moins 1 normand, quand même). On se force tous les mois à faire des meetups, en variant les sujets techniques, ne s’interdisant rien, et démarchant des speakers de tous horizons. Et ça marche 🎉 !

Lannion est une petite ville, mais sur le plan quantitatif on y retrouve nettement plus de meetups que d’en d’autres. La fréquentation de nos conférences est remarquable aussi, on arrive à avoir des pics à 35 voire 40 personnes un midi sur un sujet, même si plus rarement on tombe à 5 ou 10, avec un moyenne de 15/20 personnes finalement. C’est le jeu, on varie les propositions, le public vient s’il en a envie. En discutant avec les copains d’autres associations homologues on se rassure en voyant nos résultats, on a de quoi être fier. La richesse est dans la diversité, et on estime que traiter une même année les thématiques de blockchains, time series, machine learning, containers et OS mobiles alternatifs apporte beaucoup pour tout le monde. Quand des acteurs locaux animent ces présentations, c’est top. Quand d’autres viennent d’ailleurs, c’est encore mieux 👍 !

C’est intéressant aussi de voir comment ça fonctionne autre part. Dans des grosses villes les meetups marchent bien le soir après le travail, et assez peu le midi. Les gens bossent en journée, partent plus tôt pour le meetup et rentrent vivre leur vie. Chez nous c’était l’inverse. La fréquentation le soir baissait et était décevante. En calant nos meetups sur la pause méridienne, on vit la fréquentation passer d’un pénible 10/15 personnes à une grosse trentaine. Les autochtones préfèrent nous rejoindre le midi.

La communication

Que faire quand vous voulez vous faire connaitre par le plus grand nombre de personnes du coin sans forcément faire tourner des sextapes ? Comment gagner de la visibilité à moindre coût ?

Déjà un site web, merci Erwan ! Ensuite, un système pour lister les événements. Au début Eventbrite, puis afin d’harmoniser les outils des GDG, Meetup a été imposé. J’estime avoir perdu au change. Une usine à gaz, moins de données accessibles pour nous (alors que basiques !). La bascule de l’un à l’autre nous a fait perdre du public, il fallait tout recommencer. Ensuite, câbler l’outil au site web et le tour était joué.

Le label Google Developers Group (GDG) aussi. Le mot “GOOGLE” en faisait fuir certains, mais en leur montrant qu’il n’y avait ni dévots ni prosélytisme, et qu’on avait surtout un gain de visibilité et de contenu, ça allait. À une époque on pouvait voir comment on se positionnait par rapport aux autres GDG, ça nous rassurait dans les moments de doute.

Ensuite, les affiches. On avait la chance d’avoir un bon graphiste dans l’asso (merci Erwan !) pour faire des affiches à poser pour annoncer nos meetups. Puis il se mit en retrait, et je pris la suite. Je ne ferais pô carrière dans ce domaine :-D Mais avec GIMP, Freepik et Flaticon il y avait moyen de faire des choses efficaces (et sur un malentendu, si on n’était pas regardant, pas trop moches !) 🎨.

Les réseaux sociaux aussi. Twitter et Google+. Oui, Google+. On y partageait des informations, mais l’audience était assez faible avant que l’outil ne soit euthanasié par Google.

Enfin, la newsletter avec Mailchimp. Interface simple, efficace, avec possibilité d’avoir des métriques sur nos campagnes. On a eu des rebonds de fréquentation grâce à une bête infolettre mensuelle. 📧

Les gros projets

On peut dire que dans l’associatif ce n’est pas la taille qui compte. Dès 2012, Code d’Armor avait repris un Startup Weekend à Lannion, grâce à ça que je l’ai connu d’ailleurs. Après on n’a pas continué, trop contraignant, et de plus en plus lourd à mettre en place 🥵.

Il y eu aussi les éditions de la Fête du Libre, à savoir Libre en Fête en Trégor. Travailler de concert avec d’autres associations de tous poils, co-gérer le projet avec le FabLab, et finalement un événement attirant plus de 700 personnes sur une journée avec de nombreux ateliers, stands et conférences. Une belle réussite, on a de quoi être fier 💪

Enfin le DevFest du Bout du Monde avec les copains de FinistDevs. Vous vous rappelez les irréductibles bretons ? Faîtes travailler ensemble deux GDG et vous aurez un DevFest au bout du monde (littéralement) avec 350 visiteurs, une dizaine de sponsors, 40 conférences et ateliers sur 4 tracks en parallèle. Et finalement une belle réussite qui fait plaisir ! Ca donne aussi envie de continuer. De faire encore mieux, plus grand, peut-être pas ailleurs. L’associatif finit parfois par être une histoire de politique, on fait avec ce que l’on nous donne ou pas.

Les vidéos

Il y eu très tôt la volonté de capitaliser sur ce que l’on faisait, avoir des traces de nos conférences. La décision fut prise rapidement d’enregistrer et mettre en ligne nos conférences. Les 1ers essais furent sympas (par exemple), mais demandaient du travail de montage. On passait aussi par les lives de Hangout ou YouTube, mais la qualité n’était pas au rendez-vous et on subissait un réseau parfois capricieux (exemple). Ensuite on filmait, en best effort. C’était déjà mieux, mais pas encore top.

Et dernièrement, on s’est équipé, suite au DevFest entre autres. On gardait notre micro USB Yeti Blue et la webcam C910 de Logitech, et on ajoutait un splitter HDMI ainsi qu’une carte AverMedia ExtremeCap. Derrière OBS sur un laptop à 8 Go de RAM et le tour était joué. On tâtonne encore sur la mise en forme, mais c’est déjà mieux. Bon, les métriques de notre chaîne YouTube ne sont pas terribles, mais on vient de loin 📽️. Un bel exemple ici.

Les p’tits trucs en plus

En plus de la vie mensuelle de l’association, du travail de communication, la recherche d’intervenants et les gros projets en parallèle, il y avait d’autres choses qui pouvaient arriver. Parfois aider un hackathon du coin avec du mentoring, une autre fois s’investir dans un Startup Weekend voisin. Mais aussi organiser un hub pour le Google Hash Code, animer des I/O Extended, et avoir des membres aller outre-Atlantique pour la Google I/O et le GDG Summit. De temps à temps avoir des personnes qui testent leurs conférences chez nous avant de les faire dans des gros rassemblements. Les années se suivent, se ressemblent et sont finalement bien remplies. Une dizaine de meetups par an en moyenne, de temps un temps un cod’apéro, et une grosse variété de sujets.

Et maintenant ?

En regardant dans le rétroviseur, en pensant à nos moyens humains (un noyau dur de ¾ personnes) et à notre situation géographique, on a de quoi être fier de nous. On se décarcasse et ça change tout. On arrive à braquer les projecteurs sur notre Trégor et à faire des choses.

Mais maintenant, je dois bouger, pour raisons familiales. Je garde de supers souvenirs, et j’ai gagné des bons potes À voir maintenant ce que je ferais, mais je vois déjà qu’il y a de quoi faire à Toulouse entre le GDG et le Capitole du Libre. Quand on est un animal associatif on trouve toujours un endroit où creuser, pour que je m’arrête ce n’est pas gagné. En tout cas, merci les copains et kenavo ! 👏

Et si vous avez du temps, n’hésitez pas à voir ce que eux ou leurs boites font :) Je pense à Marc, Samuel, Pierre, Sébastien et Kristal, Nicolas et DC Brain, mais aussi Eric, Erwan ou encore Sylvain et Cédric avec Saooti.

— Dernière mise à jour : mercredi 26 juin 2019 Précédemment sur Medium et paper.wf —

Did you enjoy reading this blog? Give me a beer 🍺 or use something else ❤️‍🔥 Licensed under CC-BY-SA 2.0 Opinions are my own, even if I have some interests.