sousveillance

ContactTracing

TousAntiCovid : beaucoup de bruit pour presque rien ?

Comme l'avait indiqué Emmanuel Macron, l'application StopTousAntiCovid est sortie aujourd'hui. Cette nouvelle application, qui n'en est pas une car il s'agit d'une évolution de StopCovid est censée être une réponse adaptée à la deuxième vague qui vient (toute référence au Comité Invisible est purement fortuite)

La sens du timing

Tout d'abord, conformément à l'annonce du Président lors de son allocution du mercredi 14 octobre, cette application est destinée à être utilisée quand on sort, quand on va au restaurant ou dans un bar. TousAntiCovid est disponible alors même que les bars sont frappés de fermeture, que 20% de la population française située dans les territoires les plus peuplés est soumise à un couvre-feu et que la liste des territoires en alerte maximale s'apprête à s'allonger d'ici peu. Il y a de quoi s'interroger sur le timing et la pertinence de faire cette annonce alors que la vie sociale entre en hibernation progressivement.

En outre, le site du ministère de la Santé qui consacre une page d'explication à TousAntiCovid indique :

au restaurant, à la cantine, quand on va dans une salle de sport, quand on participe à un évènement professionnel

D'une part, les salles de sport sont fermées depuis un mois, et d'autre part, qu'entend-on par “événement professionnel” ? Est-ce qu'il s'agit d'un congrès, une journée d'étude, un rassemblement particulier d'une quelconque corporation ? Ou bien c'est une habile manière en mode Celui-dont-on-ne-doit-pas-dire-son-nom de parler des clusters au tavail sans le dire ?

Une des nouveautés de la V2 de StopCovid réside dans :

  • sa capacité à informer sur l'évolution de l'épidémie ;
  • une cartographie des centres de dépistage ;
  • le rappel du respect des gestes barrières ;
  • la possibilité de télécharger l'attestation pour le couvre-feu

Ah bah non en fait. La possibilité de télécharger directement l'attestation depuis l'appli n'est pas disponible pour le moment :

Est-ce vraiment cela qui va inciter les gens à télécharger, activer et utiliser au quotidien l'application ?

L'art de la culpabilisation

La logique qui consiste à dire "si vous n'utilisez pas l'application, vous êtes responsables de la propagation du virus" n'a pas été abandonnée.
L’application est utile dès les premiers téléchargements. Elle permet de gagner du temps. TousAntiCovid va permettre d’alerter des personnes, qui seront aussi identifiées par les enquêtes réalisées par les médecins et l’Assurance maladie, mais elle permet de gagner de précieuses heures.

En précisant que “L’application est utile dès les premiers téléchargements”, les pouvoirs publics reproduisent la même logique qu'au printemps dernier avec StopCovid qui “n'a pas été un échec mais ça n'a pas marché”. D'ailleurs, ils précisent que “L’application TousAntiCovid (tout comme sa version précédente StopCovid) fonctionne techniquement bien.” Effectivement, ce n'est donc pas un échec sur le plan technique mais bien le naufrage d'une politique publique en matière de santé.

Ne pas apprendre de ses erreurs

Alors que la deuxième vague frappe de plein fouet l'Europe et que l'idée d'une interopérabilité entre les applications de chaque pays pourrait avoir un sens, si on considère que le virus n'est pas comme Tchernobyl et ne s'arrête pas aux frontières, la France maintient le choix d'une architecture centralisée avec son protocole Robert.

L'art de la langue de bois

Le site du ministère de la santé justifie son choix de ne pas recourir à l'API de Google et d'Apple pour des raisons de souveraineté nationale :
De plus, recourir à l’initiative d’Apple et Google poserait de graves questions de souveraineté. Le Gouvernement considère que la protection de la santé des Français est une mission qui relève exclusivement de l’État et non d’acteurs privés internationaux

Ce choix est à géométrie variable. Il y a encore une semaine, la France soutenait le choix de Microsoft pour nos données de santé avec le projet Health Data Hub. Puis concernant l'éducation ou la défense, c'est open bar...

#covid #StopCovid #ContactTracing

“Ce n'est pas un échec, ça n'a pas marché”.

Le président Emmanuel Macron a annoncé, lors de son interview de mercredi soir, la sortie d'une nouvelle application baptisée Tous Anti-Covid. Cette nouvelle mouture de l'application de contact tracing remplacera sa grande soeur StopCovid. D'après les mots du chef de l'Etat, StopCovid “n'est pas un échec, ça n'a pas fonctionné”. Cette figure de style, propre aux personnalités politiques, dite de la langue de bois est une pirouette digne de Big Brother :

"La guerre, c'est la paix. La liberté, c'est l'esclavage. La connaissance, c'est l'ignorance. La réussite, c'est l'échec."

Orwell vient d'ailleurs d'entrer dans la prestigieuse Pléiade. Coïncidence ? Je ne crois pas.

En savoir plus...

Équateur : la gestion de la pandémie donne lieu à une collecte irraisonnée de données

L'ONG Human Rights Watch alerte sur la gestion de la crise du coronavirus par le gouvernement équatorien. Pour lutter contre l'épidémie, le gouvernement collecte et traite une quantité incroyable de données personnelles sur les patients contaminés ou ceux qui ont été en contact. Le pays a les mains libres pour collecter massivement des données car il n'y a aucune législation pour protéger les données personnelles collectées par le gouvernement.

However, Ecuador does not have legislation to protect the personal data the government collects. A draft bill submitted by President Lenín Moreno to the National Assembly in September 2019 is pending before one of the legislative commissions.

En l'absence de garde-fou, le gouvernement a donc un boulevard pour collecter des informations sous prétexte de lutter contre la propagation du virus. Justement pour y parvenir, le président équatorien a publié un décret le 16 mars autorisant le gouvernement à utiliser des “plateformes de téléphonie mobile et satellite pour surveiller la localisation des personnes placées en quarantaine”. Le lendemain un autre décret a été publié pour autoriser la surveillance de personne suspectées d'avoir le Covid en inspectant le GPS de leur smartphone.

In a virtual news conference on March 17, Interior Minister María Paula Romo said that the decree authorized satellite tracking of people suspected of having Covid-19 to ensure they are complying with isolation requirements. She said that the government’s tracking technology can provide information about where a person is located through using the GPS on their smartphones.

Pour enfoncer le clou, la Cour constitutionnel du pays a déclaré que les décrets et les mesures de surveillance mises en place par le gouvernement étaient conformes à la Constitution. En l'absence d'une loi protégeant la vie privée des citoyens, ce n'est pas très compliqué de parvenir à cette conclusion.

Comme beaucoup de pays, l'Equateur a cédé au solutionnisme technologique en développant une application pour tenter d'endiguer l'épidémie. A l'image du reste de la politique intrusive, l'appli recueille également beaucoup de données sur les individus : nom, prénom, année de naissance, carte nationale d'identité, numéro de téléphone, email, adresse. Elle peut même tracker un utilisateur quand il n'utilise pas l'application. On voit bien que le gouvernement équatorien n'est pas familier du principe de minimisation des données collectées et de la finalité d'un traitement de données.

To use the application, users must provide their name, year of birth, national identity document, phone number, e-mail, and geolocated address. The scope of information required appears to run counter to the principle of data minimization, under which only the data that is necessary and directly related to the stated purpose of the app should be processed and it should not be held or used for other purposes, Human Rights Watch said.

Pour couronner le tout, le ministre de la santé est habilité à modifier à tout moment les conditions générales d'utilisation du service afin de permettre aux autorités d'utiliser les données sans recueillir le consentement des utilisateurs.

Encore un exemple de la stratégie pied dans la porte où un gouvernement s'empare de technologies de contrôle dans un contexte d'urgence. Cette fuite en avant technologie contribue à conditionner la population à être surveillée y compris en dehors des périodes de crise sanitaire. Malgré le recours aux outils numériques, le virus continue à se répandre. Le choix de la surveillance n'est probablement pas celui qui garantit la sécurité d'un pays.

#Covid #ContactTracing


Source : Human Rights Watch

Équateur : la gestion de la pandémie donne lieu à une collecte irraisonnée de données

L'ONG Human Rights Watch alerte sur la gestion de la crise du coronavirus par le gouvernement équatorien. Pour lutter contre l'épidémie, le gouvernement collecte et traite une quantité incroyable de données personnelles sur les patients contaminés ou ceux qui ont été en contact. Le pays a les mains libres pour collecter massivement des données car il n'y a aucune législation pour protéger les données personnelles collectées par le gouvernement.

However, Ecuador does not have legislation to protect the personal data the government collects. A draft bill submitted by President Lenín Moreno to the National Assembly in September 2019 is pending before one of the legislative commissions.

En l'absence de garde-fou, le gouvernement a donc un boulevard pour collecter des informations sous prétexte de lutter contre la propagation du virus. Justement pour y parvenir, le président équatorien a publié un décret le 16 mars autorisant le gouvernement à utiliser des “plateformes de téléphonie mobile et satellite pour surveiller la localisation des personnes placées en quarantaine”. Le lendemain un autre décret a été publié pour autoriser la surveillance de personne suspectées d'avoir le Covid en inspectant le GPS de leur smartphone.

In a virtual news conference on March 17, Interior Minister María Paula Romo said that the decree authorized satellite tracking of people suspected of having Covid-19 to ensure they are complying with isolation requirements. She said that the government’s tracking technology can provide information about where a person is located through using the GPS on their smartphones.

Pour enfoncer le clou, la Cour constitutionnel du pays a déclaré que les décrets et les mesures de surveillance mises en place par le gouvernement étaient conformes à la Constitution. En l'absence d'une loi protégeant la vie privée des citoyens, ce n'est pas très compliqué de parvenir à cette conclusion.

Comme beaucoup de pays, l'Equateur a cédé au solutionnisme technologique en développant une application pour tenter d'endiguer l'épidémie. A l'image du reste de la politique intrusive, l'appli recueille également beaucoup de données sur les individus : nom, prénom, année de naissance, carte nationale d'identité, numéro de téléphone, email, adresse. Elle peut même tracker un utilisateur quand il n'utilise pas l'application. On voit bien que le gouvernement équatorien n'est pas familier du principe de minimisation des données collectées et de la finalité d'un traitement de données.

To use the application, users must provide their name, year of birth, national identity document, phone number, e-mail, and geolocated address. The scope of information required appears to run counter to the principle of data minimization, under which only the data that is necessary and directly related to the stated purpose of the app should be processed and it should not be held or used for other purposes, Human Rights Watch said.

Pour couronner le tout, le ministre de la santé est habilité à modifier à tout moment les conditions générales d'utilisation du service afin de permettre aux autorités d'utiliser les données sans recueillir le consentement des utilisateurs.

Encore un exemple de la stratégie pied dans la porte où un gouvernement s'empare de technologies de contrôle dans un contexte d'urgence. Cette fuite en avant technologie contribue à conditionner la population à être surveillée y compris en dehors des périodes de crise sanitaire. Malgré le recours aux outils numériques, le virus continue à se répandre. Le choix de la surveillance n'est probablement pas celui qui garantit la sécurité d'un pays.

#Covid #ContactTracing


Source : Human Rights Watch

Épidémies : les données personnelles des Coréens conservées indéfiniment

Le gouvernement coréen vient de reconnaître qu'il conservait en permanence les données personnelles des patients atteints par un virus lors de précédentes épidémies qui ont ravagé le pays notamment celle du MERS en 2015.

South Korea has acknowledged it is permanently keeping data on patients from a previous virus epidemic

Pourtant, la loi coréenne en matière de protection de la vie privée oblige le gouvernement à devoir supprimer les informations collectées sur sa population. Ces données incluent les noms, l'âge, le sexe, profession et d'autres coordonnées.

A l'heure de l'épidémie de coronavirus et du déploiement de solutions de traçages numériques comme les applications mobiles, il y a de quoi s'interroger sur la conservation et l'utilisation de ces données. Une partie de la population a accepté de sacrifier une part de sa liberté au profit de sa sécurité. Mais en cas de résurgence du virus (ou d'un autre), la population se sera conformée à des outils de contrôle sans que cela ne garantisse sa sécurité.

#Covid #ContactTracing


Source : NPR