selmakovich

poesie

image d'un faisan peint

Je cherche désespérément le poème de Sylvia Plath où elle parle d'un faisan. Je vois une nature morte fumante. La mort qui glisse entre les plumes colorées de l'animal. L'odeur de chair appétissante, autour un décor bourgeois et apaisant. Une nappe brodée. Des détails faits mains un peu partout.

Je cherche cette scène. Le poème n'est ni dans Ariel, ni dans le recueil acheté au hasard, quand le nom de Sylvia Plath sonnait à mon oreille comme celui de Virginia Woolf. Un prénom d'eau avec un nom de feu.

J'ai longtemps rêvé Sylvia Plath avant de la lire. Maintenant que je l'ai lu, je la cherche.

Lire la suite...

Les petits font des roues arrière et touchent le néant du bout des doigts, ça leur apprendra me dit une collègue, comme si on pouvait apprendre quoi que ce soit du néant,

il faut ne jamais avoir contemplé l'abîme pour penser que la mort fait grandir, la mort rapetisse, regarde tes fantômes, ils tiennent dans le creux de ta main, minuscules formes évanescentes qui te racontent qu'un jour peut être il y a longtemps, tu as été aimé,

Read more...

Un bouquet d'épines s'accroche à ma veste, effleure puis déchire le cuir fin. Mes mains faibles ne retiennent pas les chutes de tissus. La lune reflète ma peau, faible comme le reste.

On ne parle de la sécheresse du lac qu'une fois par an. Le reste de l'année ses eaux boueuses suffisent.

Ma chair tombe en lambeau et découvre mes os, blanc comme la chaux. La lune même se voile, il ne reste qu'une oraison, en murmure.

Dans la vallée, la rumeur des Montages ne tarit pas. On aurait vu se déposer un chapeau de nuages. Le berger prend son manteau et déploie ses bottes. Les squelettes ne l'effraient pas, il sait que la terre en est faite.

C'est un drôle de jour pour me soustraire à vos regards encore, un beau jour pour le départ.

#poesie

Les figuiers envahissent le village une racine à la fois bouffent le béton, s'installent dans les interstices raclent les fonds et avancent dans les profondeurs.

Le figuier du jardin est arrosé une fois par semaine a plus de lumière que de raison et pourtant crève un peu plus tous les mois

Lire la suite...

Ce blog aborde principalement les thèmes de la santé mentale, la ville et des identités. Un peu de poésie aussi.

Pour lire la série ville morte, suivez le # : #villemorte – les articles en lien avec la santé mentale : #santementale – les identités / races : #identité – les poèmes : #poesie – le cinéma : #cinema – l'écriture : #ecriture

Des milliers de voix tournent autour de vos têtes

Lire la suite...