selmakovich

je travaille de 9 à 7 dans un bureau et j'écris dans le bus.

Trois mots sont écrits sur un post-it collé sur un téléphone. L'homme le tient fermement, des petites tâches de buée se forment autour de l'écran. Je ne vois pas quelles lettres se forment dans le griffonnage. Les yeux de l'homme sont plongés dans son reflet dans la vitre du bus. Sa présence se détache et s'efface tout à la fois dans cette fin d'après-midi.

Sur ce bout de papier jaune et lumineux, j'imagine qu'il est écrit un bout de prière. Je veux croire qu'il s'agit de mots magiques, recopiés avec soin, en pensant à un être cher, à une chose minuscule et infime. Le regard de l'homme me dit qu'il aurait besoin de ce bout d'infini qu'on trouve dans la plus insignifiante des choses.

Read more...

Hier je me suis réveillée une tranche de citron à la place de la bouche sourire disgracieux que j'ai glissé sous mon masque il brillait sous la double épaisseur, je n'ai pu faire grand chose à part l'ignorer dans le bus roulant.

C'est un sourire kabyle j'ai répondu à un regard interrogateur deux gouttes de sang glissaient de chaque côté de ma bouche étrange, je me dis, le pouvoir des mots sur les choses qui ne reviennent jamais à leur juste place.

En savoir plus...

Ce sont souvent des poursuites, je cours, je tombe, j'accélère, je me réveille.

Hier, j'ai traversé une ville citadelle, poursuivie par un groupe d'hommes en cape. Les ruelles s'enchaînent, les ombres des hommes se projettent sur les murs et me suivent. Je me réfugie dans un hôtel splendide. Les hommes sont toujours derrière moi. Je traverse des chambres décorées avec soin, dans un style moderne et victorien. Dans une des pièces, des tableaux représentants des scènes du Château dans le ciel. Dans la pièce suivante, Miyazaki boit un thé. Je sais que c'est lui car il a un visage rond et bienveillant, ainsi que deux oreilles de chat au sommet de sa tête. Les hommes me rattrapent dans la prochaine salle. Je me tue, donc je me réveille. Ainsi je ne leur aurai pas parlé. Je n'ai rien dévoilé

#100daysToOffload

L'été s'accroche dans les confins de la ville morte. Un été calme, répètent les gens.

Pas de voitures brûlées, peu de cambriolages, et puis cet enfant renversé dont on ne parle déjà plus.

En savoir plus...

Hier matin, Géraldine Mosna-Savoye posait la question : A quoi ressemblerai-je quand j'aurai fini mon bidon de gel douche ? Elle s'interroge sur la notion de temps parcouru. Comment mesurer cette géographie temporelle et le changement à l'intérieur de soi ? Que dirait-on à ce moi plus jeune ?

Keats, dans le poème Deux ans plus tard, répond en partie à cette question. Il s'adresse, il me semble, à un lui-même plus jeune de deux ans. C'est une durée arbitraire, deux ans, comme celle du sucre qui fond ou la fin du bidon de gel douche. En deux ans, nos amours meurent, nos rêves changent, l'éphémère brûle. Des milliers de petites et grandes blessures, avec autant de “et si j'avais”.

En savoir plus...

collage de batiments en decalage sur un fond de ciel bleu

J'ai appris il y a quelques semaines que le bâtiment dans lequel j'ai grandi allait être détruit. C'est l'histoire de plein de gens qui ont grandi en HLM. On pousse, on fait de la place, on assainit le quartier. C'est pour la mixité sociale, c'est pour embellir.

En savoir plus...

“Je demeurai longtemps errant en Césarée”

L'errance à l'intérieur de soi a ceci d'étonnant qu'elle est tout à fait invisible. C'est une disparition sans avis de recherche. On glisse à l'intérieur de soi, aspiration sans expiration. Le corps continue sans routine, le visage réagit au son et à la lumière. Les yeux se vident, le sommeil s'échappe.

En savoir plus...

“Les femmes n’ont jamais une demi-heure dont elles puissent dire qu’elle leur appartienne.”

Virginia Woolf écrivait que le temps des femmes est compté. Il ne reste entre leurs mains qu'un temps dont elles n'ont pas la maîtrise, haché et impropre à l'écriture.

En savoir plus...

la ville morte - épisode 7 /  les liens

La ville morte n’est pas plus solitaire que les autres villes. Elle n’a pas la chaleur des villes où il n’y a rien à faire, cette saveur particulière de villes moyennes de fonctionnaires mutées qui croisent des paumés à la dérive. Elle n’a pas non plus la frénésie de la capitale, où événements sur événements on se représente, toujours pour les autres.

En savoir plus...

La ville morte - épisode 6 / la ville minuscule

Au bord de la ville morte, dans un interstice entre le fleuve et l'échangeur, il y a une ville minuscule.

Les bus et les voitures tournent autour de ce recoin de terre, creusent le sillon qui le sépare du reste de la ville morte. A travers une vitre, s'étalent des bouts de vie qui ne nous appartiendront jamais. Des gamins courent dans le rassemblement chancelant. Tout est cabane. La ville minuscule est à leur échelle.

En savoir plus...

Enter your email to subscribe to updates.